Surfcasting Méditerranée

Ramassage des couteaux

Si comme moi vous n'avez pas la chance de connaître un étang peu profond où vous n'avez qu'à vous baisser pour les ramasser, alors il va falloir vous armer de ruse et de souffle.

De nombreuses plages abritent des colonies de couteaux, logés dans le sable à 1m50 de profondeur et plus. Le ramassage en apnée est physique mais efficace.

Il vous faudra d'abord apprendre à repérer les couteaux. Si l'eau est claire et calme, vous pourrez les voir depuis la surface. Leurs siphons (valves) brillent sous les rayons du soleil et peuvent ressembler à deux petits yeux.

La plupart du temps, on ne les vois pas depuis la surface, il faut alors tâtonner le sable jusqu'à repérer la formation d'une dépression (petits cratères). Ces petits cratères sont causés par l'affaissement du sable aux emplacements où les couteaux viennent de s'ensabler.

Maintenant que vous savez comment repérer les coquillages, voici trois techniques que j'utilise pour les ramasser.

Réglementation

Il n'existe pas de taille minimale de capture du couteau en Méditerranée. Vous pouvez donc récolter les couteaux de la taille qui vous convient (en restant raisonnable).

Sachez toutefois qu'il est possible que le lieu de votre récolte soit soumis à un quota fixé par arrêté préfectoral.

La seule restriction commune à toutes les côtes françaises concerne l'équipement du pêcheur : la récolte doit se faire à pied ou en apnée. Tout comme la chasse sous-marine, il est interdit de s'équiper de bouteilles de plongée pour récolter les couteaux.

Première méthode : le coup de main

Enfoncez vos doigts dans le sable et attrapez le couteau avant qu'il ne s'enfoncent plus profondément. Tirez délicatement faute de quoi vous allez arracher le pied.

Vous pouvez vous aider d'un outil comme une petite pelle de jardinage, une truelle ou une spatule pour soulever le sable et glisser vos doigts jusqu'au corps du couteau. L'outil peut aussi vous permettre de bloquer le couteau contre le bord de son trou ou bien de le sentir pour mieux le repérer. Les couteaux ont en effet tendance à s'enfoncer en diagonale.

J'utilise cette méthode en priorité sur les fonds où le sable est dur car les couteaux ont plus de mal à s'ensevelir pour m'échapper.

Voici une vidéo réalisée par un plongeur (bien plus habile que moi) qui montre comment repérer les couteaux et les attraper avec les doigts.

Deuxième méthode : ventiler le sable

Ventilez le sable avec vos mains (ou vos palmes) jusqu'à former un cratère de plus en plus vaste. Ramassez les couteaux alors à moitié découverts en tâtonnant dans le trou.

Il vous faudra reprendre plusieurs fois votre souffle mais cette technique permet de ramasser plusieurs couteaux au même endroit et de toutes tailles. Agrandissez progressivement votre trou en ventilant les flancs du cratère, vous allez alors révéler d'autres individus.

L'inconvénient majeure de cette technique est le risque de perdre ses repères entre deux plongées, soit parce que l'eau est trouble, soit parce qu'il y a du courant.

Ramassage des couteaux par Patrick PIEYRE

Important : munissez-vous de gants ! Vous risquez de vous couper profondément sur la coquille d'un couteau lorsque vous ventilez le sable à la main.

Note : il est assez fréquent de voir débarquer des dorades et des marbrés lorsque vous remuez du sable. Ceux-ci n'hésitent pas à s'approcher très près à la recherche de nourriture, il vous arrivera également d'en percuter quelques-uns avec votre main.

Avec un peu d'entraînement, vous obtiendrez de très bon résultats comme vous pourrez le voir sur les photos ci-dessous où j'ai ramassé plus de 230 couteaux en l'espace de 2h.

2h de plongée très rentables.2h de plongée très rentables.

2h de plongée très rentables.

Troisième méthode : le gros sel

Repérez l'entrée d'un tube (trou du couteau gaine) et déversez une pincée de gros sel. Le couteau va se mettre à cracher du sable puis va remonter quelques secondes plus tard. Attrapez-le à cet instant.

Le transport du gros sel (dans l'eau) est parfois délicat. J'utilise pour ma part une bouteille plastique que je referme immédiatement après avoir déversé une petite dose de gros sel. Certes, le sel fini par fondre tôt ou tard mais on a largement le temps d'attraper 10 à 15 gros couteaux ainsi.

Un beau couteau gaine attrapé au gros sel.

Un beau couteau gaine attrapé au gros sel.

Partager cet article

Repost0

Commenter cet article

Grandefleur 01/01/2018 21:11

Merci pour l'astuce du gros sel, je vais essayer cet été !

fred 28/11/2017 14:26

Salut Jérémie, prend tout de même note si la taille minimale n'est pas encore fixer sache que les aff mar considère que la taille est la même qu'en Bretagne à savoir 10 cm et d'autres part le poids est limiter au plaisancier à 1.5 kg.

Jérémie 29/11/2017 19:24

Effectivement, je viens de trouver que certains départements sont soumis à un arrêté préfectoral qui encadre le ramassage par des quotas.
Exemple ici avec les Bouches du Rhône : la limite est fixée à 1kg de couteaux depuis juin 2015
http://www.dirm.mediterranee.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/20150612101033676.pdf

Jérémie 29/11/2017 18:55

Salut Fred,

C'est une bonne info mais as-tu une source que je puisse ajouter à l'article ?

En l'état, je ne vois rien qui mentionne une limite de poids. Bien que 1.5kg soit déjà une limite élevée, il serait bon d'avoir le texte officiel qui te fait dire qu'il existe une limite en Méditerranée.
Il me semble logique d'en imposer une sur les côtes où la marée facilite le ramassage, mais en méditerranée le ramassage en apnée rend la récolte suffisamment pénible pour préserver l’espèce de la surpêche.

Les affaires maritimes ne peuvent pas prendre une maille d'une autre région comme base de référence. S'il n'y a pas de maille, il n'y a pas de faute. C'est la même chose pour les moules : pas de maille en méditerranée alors que la maille est de 4cm ailleurs.