Surfcasting Méditerranée

Faut-il de la chance pour réussir à la pêche ?

Depuis toujours les pêcheurs invoquent la chance ou la malchance pour tenter de justifier le résultat de leur pêche. C'est parfois avec un peu de mauvais esprit que l'on désigne comme chanceux un autre pêcheur qui agace par ses bons résultats (surtout s'ils sont réguliers).

Si vous êtes convaincu que la chance est un facteur important de la réussite à la pêche alors la lecture de cet article peut vous surprendre, voire même vous déranger un peu... et c'est bien le but !

Cartésien de nature, je ne crois pas beaucoup en la chance. Je vais donc tenter de vous partager ici ma vision des choses, qui laisse plus de place à une approche technique de la pêche qu'au hasard.

Cartésien : Personne qui pense de manière logique, rationnelle et agit avec méthode.

Préambule

L'idée de cet article m'est venu en parcourant les groupes de pêche en surfcasting sur les réseaux sociaux. Les débats entre pêcheurs sont parfois intéressants mais le plus souvent ils tournent à la guerre de position, chacun défendant son dogme.

Récemment, j'ai été confronté à l'incompréhension totale d'un pêcheur qui refusait l'idée même que la pêche puisse être plus technique et rationnelle qu'il ne le pense. Selon lui :

  • le matériel haut de gamme ne sert à rien car la technique est indépendante du matériel
  • la technique seule ne suffira jamais, il faut de la chance pour que le poisson soit là
Il n'en fallait pas plus pour me piquer au vif et me lancer dans le débat. Je répondrai aux remarques sur le matériel dans dans un prochain article mais en quelques mots ma façon de penser se résume ainsi : Le matériel ne fait pas le pêcheur mais peut contribuer à son succès car celui qui sait exploiter un matériel de pointe en tirera un bénéfice de confort et de performance significatif qui peut faire la différence.

Le fait que mon interlocuteur mise sur sa chance avant de remettre en question sa technique est une contradiction qui prouve son manque de discernement. Comme beaucoup de pêcheurs, il est convaincu d'avoir la bonne technique et ne peut expliquer une mauvaise pêche que par l'absence totale des poissons (jour de malchance). Si un autre pêcheur à côté de lui parvient à prendre du poisson alors c'est forcément "un coup de chance" car il ne peut pas imaginer que celui-ci ait une meilleure technique que la sienne.

Face mon point de vue plus moderne et mon argumentation rationnelle, ce pêcheur vétéran (qui ne pouvait pas remettre en question ses 50 ans d'inexpérience) a pris son courage à deux main pour m'insulter puis bloquer mon compte avant que je n'ai le temps de lui répondre. Son attitude m'a permis de comprendre qu'on ne pouvait pas bouleverser les convictions des pêcheurs sans se heurter à de vives réactions. Beaucoup de pêcheurs ne sont pas prêts à remettre en question leurs croyances ni à reconnaître leurs erreurs, c'est d'ailleurs ce qui les empêche de progresser.

 
— Lire plus —

La chance

On désigne comme étant un "coup de chance" toute situation heureuse qui se produit indépendamment d'une intervention volontaire et qui ne résulte pas d'un fait préalablement connu. La chance est donc uniquement le fruit du hasard.

Je pense que nous serons tous d'accord sur cette définition de la chance. Toutefois, les choses se compliquent un peu lorsque l'on juge une situation qui peut sembler fortuite à nos yeux mais qui ne l'est pas aux yeux de quelqu'un d'autre. Nous croyons au hasard alors que l'autre sait que ce n'en est pas un.

Exemple : Une nuit vous levez les yeux et une étoile filante apparaît au même moment. Personne d'autre ne l'a observée autour de vous. Vous vous dites alors que vous avez eu de la chance et dans un sens vous avez raison car l'observation de cette étoile filante n'était pas prévue et s'est produite sans qu'elle ne soit volontaire.

Quelque part, un astronome qui avait braqué son télescope dans la bonne direction a lui aussi observé le phénomène, mais en gros plan. Contrairement à vous, il sait qu'il ne s'agit pas d'un étoile filante mais d'une comète dont il avait prévu le passage. Son observation n'est donc pas le fruit du hasard, il a fait appel à ses connaissances pour orienter correctement son télescope.

Vous avez tous les deux observé le même phénomène mais ce qui pour vous était un coup de chance, était pour lui une opération intentionnelle...

Figurez-vous que cette différence de jugement et de compréhension des choses est (très) fréquente à la pêche. Rentrons à présent dans le vif du sujet : le rôle de la chance à la pêche.

La chance à la pêche

A la pêche, la chance désigne l'ensemble des facteurs de la réussite que vous ne maîtrisez pas et pour lesquels vous êtes contraint de vous en remettre au hasard (à défaut de pouvoir compter sur un savoir).

Selon votre expérience, votre niveau technique et votre connaissance du lieu de pêche, la part de chance qu'il restera dans l'équation du succès sera plus ou moins importante. Il est possible que certains facteurs de la réussite vous soient connus alors qu'ils échappent à d'autres pêcheurs (et inversement).

Exemple : Vous pêchez une plage que vous connaissez très bien, vous avez donc prévu le montage et les appâts qui vous réussissent habituellement le mieux. Les poissons répondent présents, vous enchaînez les prises alors qu'à côté de vous se trouve un autre pêcheur qui n'a toujours rien attrapé.

Curieux (ou agacé) par votre réussite, votre voisin de pêche finit par venir vous voir et vous dit "vous avez de la chance aujourd'hui, vous êtes tombé sur la bonne place, à la mienne il n'y a pas un seul poisson".

En discutant tous les deux vous vous apercevez que son montage n'est pas bon et que ses appâts ne conviennent pas. Pourtant il vous assure avoir déjà obtenu de très bons résultats en pêchant de la même manière sur d'autres secteurs.

Le choix du montage et des appâts sont deux facteurs de la réussite. Vous aviez cette connaissance et ce n'était donc pas un hasard pour vous mais votre voisin de pêche ne l'avait pas. Pire encore, il était convaincu d'avoir fait les bons choix et, avant de venir vous parler, il ne pouvait pas envisager que votre réussite ne soit autre chose qu'un coup de chance.

De mon point de vue, la chance seule ne suffit pas à expliquer la différence de réussite entre deux pêcheurs, sinon comment expliquer que certaines personnes ont systématiquement de meilleurs résultats que d'autres ?

Au championnat régional de surfcasting en Occitanie nous retrouvons les mêmes personnes sur le podium année après année. Qui se risquerait à dire que ces pêcheurs sont plus chanceux que les autres ? Nous savons tous qu'il s'agit des personnes les plus avancées techniquement et qui ont développé de meilleures capacités d'adaptation que les autres.

On ne peut parler de chance que pour une action ou un choix réalisé par le pêcheur qui ne ferait pas appel à ses connaissances et qui aurait (par hasard) favorisé ou permis sa réussite. Si vous acceptez cette vision des choses, alors vous serez d'accord avec moi pour dire que :

  • Plus un pêcheur est expérimenté, et moins son succès est dépendant de la chance.
  • Une sortie pêche préparée avec soin réduit le risque d'échec en laissant moins de place au hasard.
  • Le savoir et la technique assurent la régularité des résultats mais il faudra un peu de chance pour attraper un poisson record car ils sont peu nombreux et donc très difficiles à cibler.
  • Comme il est impossible de tout maîtriser, il restera toujours une petite part de chance...

Moins dépendre de la chance

Pour vous assurer une régularité de réussite, vous devez réduire au maximum le besoin de chance en apprenant à maîtriser certains des paramètres qui vous permettront de trouver les poissons.

Que les choses soient bien claires : une approche rationnelle et réfléchie a toujours plus de probabilité de réussir que le hasard mais rien n'est jamais garanti. Il faut bien se rendre compte de la complexité que représente la compréhension du comportement des poissons.

Choix du coin de pêche

Le premier facteur de réussite est le choix du coin de pêche pour lequel il faut tenir compte des conditions environnementales (météo, saison, état de la mer, courant, marée, lune).

Certaines plages, très bonnes par coup de mer, peuvent présenter un intérêt limité par temps calme. Les plages peu profondes sont généralement bonnes en plein été mais en début de saison les poissons privilégient les zones plus profondes à la température plus stable.

La corrélation de toutes les conditions environnementales est particulièrement difficile. Sans une bonne expérience de vos coins de pêche ou sans information fiable provenant d'autres pêcheurs, il faudra dans un premier temps vous en remettre au hasard et expérimenter jusqu'à comprendre quelles conditions de pêches sont les plus favorables pour chacun de vos coins.

Distance de pêche

Choisir la bonne distance de pêche n'est pas toujours chose évidente. En général, les surfcasters lancent leurs lignes le plus loin possible par habitude sans vraiment savoir s'il s'agit de la meilleure approche qui soit. En procédant de la sorte ils s'en remettent un peu au hasard.

Anecdote : Il m'est arrivé de réaliser de plus belles pêches que mes amis alors que nous avions tous les mêmes appâts, les mêmes montages et que nous lancions sensiblement à la même distance. La différence provenait de la manière dont nous tendions nos lignes : alors qu'ils calaient leur lignes à l'endroit où tombait leur plomb, je ramenais ma ligne doucement jusqu'à trouver une poche de sable souple, propice à la fouille des marbrés (on sent un sorte de lourdeur sur la ligne, signe que le plomb s'ensable). Il pouvait m'arriver de ramener ma ligne de 15 ou 20m. L'idée m'est venu en observant les marbrés en plongée et en constatant qu'ils fouillaient les zones où le sable présente une densité plus faible (le sable semble plus souple, il est facile d'y plonger les doigts).

L'objectif du lancer est de placer ses lignes sur le passage des poissons, et plus précisément sur les poches de nourriture. D'une espèce à une autre et selon la taille des individus, les poissons fréquentent des zones de nutrition différentes. Et parce que rien n'est simple, les zones de nutrition changent avec les conditions climatiques, les courants, le relief de la plage mais aussi l'heure...

Exemple : Chez les daurades, les individus de grosse taille deviennent solitaires et se montrent plus actifs aux points de passages particuliers du soleil (lever, zenith et avant le coucher).
Les individus plus petits ont en revanche un comportement grégaire et s'alimentent plus volontiers la nuit.

Pour choisir correctement sa distance de pêche il faut donc connaître le comportement des poissons et le relief de la plage. Je vous invite à repérer le fond en plongée, c'est très instructif.
A défaut de plonger, vous pouvez "sonder" en grattant le fond avec un plomb. Utiliser une ligne en tresse pour sonder vous aidera alors à ressentir toutes les vibrations et facilitera la lecture du fond. Il s'agit d'une technique utilisée par les carpistes que l'on peut également employer en mer.

Le cas le plus compliqué est celui de la pêche à longue distance car il se peut que le poisson soit en activité mais hors de portée de vos lignes. En conséquence, vous aurez l'impression que le poisson est absent ou que vous pêchez "un mauvais jour" alors qu'en réalité vos lancers sont trop courts pour atteindre les poissons. Plusieurs choses peuvent être améliorées pour augmenter la distance de pêche, je vous renvoie pour cela à l'article suivant : Conseils pour augmenter la distance de pêche.

Anecdote : En mai 2018, un ami qui lançait beaucoup plus loin que moi a réalisé une très belle pêche de daurades sous mes yeux alors que mes lignes sont restées presque sans activité : voir le compte rendu ici.
En septembre ce fut cette fois-ci ma distance de lancer supérieure qui  m'a permise de m'en sortir bien mieux que mes camarades : voir ici (1), ici (2), et ici (3).

Choix et présentation des appâts

Un bon coin de pêche et la bonne distance sont importants mais pour en tirer tous les bénéfices il reste encore à présenter les bons appâts et le faire de la bonne manière.

Le choix de votre montage est primordial car il détermine la présentation des appâts et peut favoriser ou pénaliser la distance de pêche (certains montages opposent une résistance à l'air supérieure à d'autres et volent moins bien... donc moins loin).

J'entends parfois dire que lorsque le poisson est là et qu'il a faim alors il prend le premier appât qui lui tombe sous le nez. Je ne suis pas du tout de cet avis. Le cycle biologique des organismes marins est directement lié à la photopériode et à la température de l'eau. Leur manière de s'alimenter suit une certaine logique biologique. Ainsi, les poissons peuvent être amenés à favoriser la nourriture facile à ingurgiter et à digérer ou au contraire rechercher un apport important de calories. Les stimuli qui pousse un poisson à préférer sur un appât plutôt qu'un autre échappent encore à notre compréhension mais j'ai pu constater que les meilleurs appâts changent en fonction de la température de l'eau et de la saison.

Voici deux anecdotes qui illustrent l'importance du montage et de l'appât.

Anecdote : Quand l'appât compte
En 2016, mon ami Niz et moi pêchions ensemble au Grand Travers à la Grande Motte. Nos montages étaient très similaires mais nos appâts étaient légèrement différents : j'avais des vers de sable bien roses ramassés la veille dans la région alors que Niz avait des vers de sable du commerce à la peau brune. J'ai commencé à enchaîner les marbrés alors que Niz n'arrivait pas à en prendre un seul. Il s'est alors demandé si les vers n'y étaient pas pour quelque chose et est venu prendre quelques uns de mes vers. Le résultat a été immédiat : il a pris des marbrés avec mes vers et non avec les siens.
 
En début de saison 2018 j'ai réalisé une sortie avec plusieurs amis où seul le ver américain a donné un résultat. Ver de sable, couteau, bibi et crabe n'ont pas eu la moindre touche de la soirée.
Anecdote : Quand le montage compte
Il m'est arrivé plus d'une fois de réaliser de très belles pêches de marbrés uniquement sur l'empile haute de mon montage à deux empiles. Ces jours-là, je n'ai quasiment rien attrapé sur les traînards alors que j'utilisais les mêmes appâts sur les deux hameçons du montage.

Provoquer la chance

On a coutume de dire que la chance se provoque et je suis d'accord avec cet adage. D'ailleurs, vous suivez peut-être déjà naturellement ce principe sans en avoir pleine conscience.

Exemple : Choisir de gros appâts dans l'intention d'attraper un gros poisson est une manière de provoquer sa chance.
Attraper un gros poisson sur un petit appât est possible mais relève du coup de chance. Les gros poissons étant les moins nombreux et souvent solitaires, vous avez une plus grande probabilité de tomber sur un petit poisson avec un petit appât (les petits poissons sont aussi un peu plus voraces).
Un gros appât ne vous garantit pas qu'un gros poisson va passer sur vos lignes mais il augmente significativement les chances que le poisson qui mordra sera un gros. En effet, le gros appât réduit le risque de prendre de petits individus, laissant ainsi l'appât disponible pour le passage d'un gros poisson.

Dans certaines situations, votre savoir et votre expérience peuvent être insuffisants pour vous garantir un bon résultat. Imaginez que vous péchiez un coin pour la première fois : vous ne connaissez pas le fond, vous ne savez pas avec certitude quelles espèces de poissons sont les plus présentes sur la zone, ni leur taille moyenne, ni leurs habitudes. Dans ces circonstances, vous pouvez rester passif et vous en remettre totalement au hasard en espérant qu'il "fasse bien les choses" ou bien vous pouvez user de technique et procéder avec méthode pour augmenter vos chances de trouver le poisson que vous cherchez.

Provoquez la chance en vous mettant à la recherche du poisson. Ne mettez pas tous vos œufs dans le même panier car multiplier les tentatives augmente la probabilité que l'une d'entre elles soit couronnée de succès. Pour plus d'information sur la recherche du poisson, je vous renvoie à l'article suivant : Pour rechercher les poissons, soyez méthodique !

Du hasard au savoir

Comme évoqué plus haut, la chance est étroitement liée à la méconnaissance : moins on en sait, plus on doit s'en remettre au hasard. Le savoir, propulsé par l'expérience, est ici directement opposé à la notion de hasard.

Chaque sortie pêche peut enrichir votre expérience, que le résultat soit bon, moyen ou mauvais. Il faut pour cela oublier l'idée de chance ou de malchance et s'efforcer d'interpréter le résultat obtenu pour qu'il puisse vous servir de leçon :

  • Un bon résultat peut servir d'exemple à reproduire
  • Un résultat moyen est propice à l'amélioration
  • Un mauvais résultat vous indique ce qui n'a pas fonctionné

Chacun appliquera la méthode qui lui convient pour tenter de tirer un enseignement exploitable. Pour ma part, n'ayant pas beaucoup de mémoire, je tiens un journal de toutes mes prises dans lequel je note la taille, l'appât, le lieu de pêche, les conditions de mer, la date et la lune. Je tente ainsi de corréler les résultats obtenus sur plusieurs sorties et plusieurs années pour comprendre le comportement des poissons sur le secteur.

En procédant ainsi, je suis parvenu à augmenter mes résultats de manière significative en choisissant mieux mes coins de pêche et mes appâts en fonction du calendrier et des conditions climatiques. J'ai en effet constaté que certains secteurs sont plus favorables en début de saison, d'autres en pleine saison et d'autres encore en fin de saison. Les appâts les plus efficaces varient également en fonction du secteur et de la saison.

Notez qu'avec le temps, la connaissance rationnelle issue de votre expérience finira certainement par se transformer en intuition : vous saurez comment agir d'instinct, sans besoin d'un raisonnement construit.

Conclusion

A la pêche, nous ne sommes pas tous égaux sur le plan de l'expérience, des connaissances techniques et de la compréhension de la nature. Inévitablement, ces différences de savoir et de savoir-faire alimentent autant de croyances qu'il n'y a de pêcheurs.

Maîtriser à la perfection toutes les clés de la réussite est impossible, et c'est tant mieux ! La pêche trouve aussi son intérêt dans la part de mystère qui l'accompagne. Toutefois, il y a quand même un certain nombre de facteurs rationnels que l'on peut exploiter si l'on se donne la peine d'y prêter attention (sans doute en connaissiez vous déjà plusieurs).

Même si la pêche réservera toujours une place au hasard, le meilleur moyen de réussir ses sorties est de développer sa connaissance et sa technique plutôt que de compter sur sa chance.

Partager cet article

Repost0

Commenter cet article

norman 22/01/2020 23:55

Grand chapeau

Albert CLERMONT 27/04/2019 01:50

Je suis d'accord avec les points développés dans ce texte

Jérémie 27/04/2019 10:07

Merci, je ne suis donc pas fou :)

jerome de meze 18/04/2019 21:34

encore merci pour un super article, et une excellente analyse de la peche.

c'est vrai que parfois le pecheur a des reflexes conditionnés, comme lancer le plus loin possible sa ligne, alors que le poisson est peut etre 20 m devant lui, cela peut etre le cas aussi en digue, ou parfois le poisson va carrément se mettre a trou 1m devant toi.

mais c est pas toujours evident de bien analyser le milieu et ses erreurs pour s ameliorer.
merci de partager ton experience et tes analyses!!!

Jérémie 18/04/2019 22:13

Nous sommes tous logés à la même enseigne : tant que l'on ne connaît pas un coin de pêche à la perfection, on est obligé de tâtonner et chercher le poisson. Avec l'habitude, nous finissons par savoir comment réagir.

En mettant un peu de réflexion et d'analyse au milieu de tout ça, notre expérience et notre compréhension se développe plus vite et nous apprenons à mieux réagir beaucoup plus vite.

bullmarc 17/04/2019 16:37

Bjr Jérémie et merci pour tous ces articles très enrichissants et bien fournis....on apprend à tout âge et j’avoue découvrir une multitude de détails auxquels’je n’aurais jamais tiquons de puis longtemps le surfcasting sur le Var et le 06 et depuis 2 mois nous avons un camping car équipé pêche et nous projetons de venir titiller les dorades sur ton coin. As tu un spot à nous conseiller arrivant fin de journée vendredi soir et pour la journée du samedi? Et si jamais nous pouvions nous dans des sorties déjà prévues ce serait formidable ( on amène l’apero) en tout cas merci encore pour tous ces conseils.Marc

bullmarc 19/04/2019 11:38

merci pour l’info jerome de meze....je la mémorise pour ce week....
cordialement
Marc

jerome de meze 19/04/2019 10:13

a marseillan, la plage des 3 digues a une aire de camping car automatisée, environ 10 euros la nuit et tu dois payer par CB, les autres plages de marseillan sont barrées a 2m, cordialement

bullmarc 17/04/2019 22:12

Merci pour ta réponse ....oui j’avais vu la météo et on tentera le samedi plutôt ou dimanche soir..on verra sur place..merci pour les spots....c’est sympa bonne soirée .Marc

Jérémie 17/04/2019 19:09

Hello,

Si tu arrives ce vendredi (19/04) alors sache que le week-end est placé sous le signe du coup de mer. La météo prévoit une houle forte.
Dans ces conditions, il m'est difficile de te conseiller car je ne pêche quasiment pas les coups de mer. De plus, on est jamais sûr que le coin de pêche ne sera pas envahi d’algues.
Toutefois, si je devais recommander des secteurs pour les coups de mer proche de chez moi alors ce seraient l'Espiguette, Les Aresquiers et les plages entre Sète et Marseillan (La baleine, les 3 Digues, Le Castellas).

Alex 16/04/2019 13:23

Je dirais 70% appât, montage,poste, météo etc... Et 30% de chance.

Jérémie 16/04/2019 14:19

De mon point de vue, la part de chance est encore plus mince quand tu connais très bien le coin.

Sur les plages que je connais le mieux (secteur du Grand Travers à la Grande Motte) à la belle saison je réussis quasiment toujours mes pêches mais cela vient de plusieurs choses :
- Mes appâts sont ramassés sur place (couteaux, crabe de sable) ou dans un rayon de 2km (vers de sable)
- Je plonge sur le secteur toutes les semaines, je connais donc le fond parfaitement
- J'atteins la bonne distance au lancer
- Je choisis mes jours de pêche en fonction des heures de marées et de la lune

En revanche, sur les plages que je ne connais pas autant, mon besoin de chance est forcément plus grand et 25-30% me semble effectivement une valeur raisonnable.

Oliviier 14/04/2019 16:19

Encore un très bon article qui vient compléter le précédent!
Débutant, après un début d'année (dernière) à découvrir différents spots et techniques, j'ai commencé à me créer un protocole qui commençait (presque) à améliorer les sorties. Mais mon binôme est un ancien qui a la bougeotte et tout est à refaire… Mais c'est pas grave car j'adore cogité! ;-)

Jérémie 14/04/2019 18:19

Il faut bouger quand les résultats ne sont pas suffisamment au rendez-vous ou pour varier les plaisirs mais bouger trop souvent est une stratégie risquée.

Le corde 14/04/2019 06:47

Après de nombreux compétitions tu as tout dit mais un bon poste lors des concours c'est important aussi il faut un peu de chance dans les compétitions

Jérémie 14/04/2019 10:54

La competition est quelque chose de différent. Le tirage au sort fait partie du jeu.
Tu ne peux pas choisir ton poste et si tu tombes mal alors c’est très compliqué.