Surfcasting Méditerranée

Lancer : s’entraîner pour progresser

En Surfcasting un lancer longue distance parfaitement exécuté peut parfois être la clé de la réussite.

Si les montages et les appâts ont bien entendu leur importance dans l'équation du succès, la distance de pêche reste une préoccupation majeure du pêcheur en surfcasting.

Après avoir optimisé votre matériel pour pêcher à longue distance, la prochaine étape consiste à vous entraîner au lancer pour parfaire votre technique et rallonger la distance de vos jets.

Lancer : s’entraîner pour progresser

Pourquoi s’entraîner au lancer ?

La réponse à cette question est simple : l’entraînement est le moyen le plus rapide de progresser dans l'exécution du geste de lancer.

En action de pêche, notre attention est focalisée sur la capture du poisson et non sur l'amélioration de la gestuelle de lancer. De plus, la cadence des lancers est bien trop faible pour espérer corriger un défaut de la gestuelle.

Lancer un plomb sans montage ni appât est plus simple et plus rapide. Comme la ligne ne pêche pas, on peut la récupérer très rapidement sans craindre les emmêlements. Ainsi on enchaîne les lancers les uns après les autres à la recherche de la longueur de bannière idéale et du geste parfait qui deviendra naturel à force de répétition.

Lancer : s’entraîner pour progresser

S’entraîner dans de bonnes conditions

Pour vous entraîner dans de bonnes conditions vous devrez veiller à :

  • Garantir votre sécurité et celle de ceux qui vous entourent
  • Éviter les conditions météo difficiles
  • Être en bonne forme

La sécurité

Je ne le redirai jamais assez : la sécurité doit être votre priorité !

En vous entraînant vous allez sans-doute commettre des erreurs et c'est tout à fait normal car il n'y a qu'en faisant des expériences que vous parviendrez à améliorer votre technique. Certaines de vos tentatives pourront entraîner un vol dévié et incontrôlable du plomb. Pour cette raison il est primordial de vous entraîner dans un lieu bien dégagé.

Un terrain vague ou une plage vide feront très bien l'affaire. Abstenez vous de vous entraîner sur un lieu fréquenté par des promeneurs, des nageurs ou trop proche de véhicules et d'habitations.

J'ai pris l'habitude de m’entraîner sur une plage entre janvier et mars, car celle-ci est vide à cette époque de l'année.

Pensez également à vous équiper d'un doigtier de lancer.
Celui-ci vous évitera de vous blesser avec le fil en lançant. Le fil peut en effet couper ou causer des ecchymoses (bleus).

Une météo clémente

Rien ne vous empêche de vous entraîner lorsque la météo n'est pas très bonne mais il sera bien difficile de comparer vos résultats et d'évaluer votre progression un jour de pluie ou de grand vent.

La présence de vent violent fausse les résultats de vos lancers, quel que soit la direction du vent. Il ne sera pas possible d'analyser votre performance du jour pour savoir si vos tentatives se sont montrées payantes.

Être en bonne forme

Abstenez-vous d'aller vous entraîner si vous êtes fatigué car vous risquez bien de casser du matériel et de vous blesser.

La fatigue s'accompagne d'un manque de vigilance qui peut vous pousser à la faute. Une erreur de montage ou un pick-up resté fermé sur un lancer puissant peuvent amener à casser la canne.

En étant fatigué vous risquez aussi de réaliser un faux mouvement et de vous coincer l'épaule ou le dos. Plus rare mais également possible, une entorse de la cheville ou d'un genou peut survenir lors d'un changement d'appui un peu brutal.

Si vous n'êtes pas dans votre assiette alors restez chez vous et reportez votre entraînement de lancer à plus tard.

Mesurer ses lancers

Disposer d'un outil ou d'une méthode de mesure est plus que souhaitable pour évaluer votre progression et vous aider à savoir quand reproduire les bons gestes.

L'idée n'est pas forcément d'obtenir une mesure précise de votre lancer mais plutôt un moyen de comparer les lancers entre eux.

Vous pouvez utiliser un compteur de ligne ou tout simplement compter les tours de manivelle de votre moulinet. Si vous choisissez de compter les tours de manivelle alors faites en sorte de toujours vous entraîner avec le même modèle de moulinet pour éviter les écarts de capacité de récupération entre deux modèles.

Avant de réaliser votre mesure, tendez bien votre ligne pour ne pas comptabiliser l'excès de bannière.

Notez que la mesure de votre performance sera valable pour un diamètre de fil donné. Vous ne pourrez pas comparer les résultats de jets réalisés avec des fils de diamètres différents. Pour que vos références restent valables entre deux séances d’entraînement, veillez à toujours vous entraîner avec un fil de diamètre identique.

Lancer : s’entraîner pour progresser

Un observateur ou/et une caméra

Vous faire accompagner d'un observateur ou d'une caméra est vivement recommandé pour progresser plus vite.

Un lanceur expérimenté sera capable de repérer les défauts de votre geste et pourra vous conseiller pour le corriger. Si la personne qui vous accompagne n'est pas une experte du lancer, alors demandez-lui de vous filmer avec son téléphone.

Pour améliorer la prise de conscience de vos défauts et vous aider à les corriger, il faut que vous puissiez vous voir en action. A cette fin, je vous conseille de placer une petite caméra de type "action cam" (mini caméra pour le sport, pour ne pas citer de marque) qui filmera vos lancers. Déplacez-la de temps en temps pour changer d'angle.

Une fois rentré à la maison il ne vous restera plus qu'à analyser les images en passant quelques séquences au ralenti pour bien comprendre ce qui va et ce qui ne va pas dans votre technique.

La caméra m'a grandement aidé dans ma progression car elle m'a permis d'identifier clairement les défauts de ma gestuelle. J'ai pu ainsi travailler dessus jusqu'à corriger la majorité d'entre eux. J'ai également pu partager mes vidéos avec de bons lanceurs qui m'ont donné des conseils pour progresser davantage.

L'automatisme naît de la répétition

Seule la répétition permet de transformer un geste volontaire (non naturel, non instinctif) en automatisme. C'est en répétant des gestes corrigés ou optimisés que l'on arrive à parfaire sa technique de lancer.

Le petit détail qui fait toute la différence n'est parfois pas réalisé de manière consciente. Il peut s'agir d'une mutation de votre geste qui apporte un gain notable de puissance, de rapidité ou de synchronisation. Dans ce cas là, il est fréquent que le corps soit en position de reproduire le même geste de lui-même. Essayez de ne pas trop intellectualiser la situation et faites en sorte d'agir d'instinct pour reproduire plusieurs fois le même mouvement afin qu'il devienne un automatisme.

Lorsque la gestuelle est assimilée par votre corps, vous devenez capable de réaliser les mouvements d'instinct et la vitesse d'exécution du lancer peut alors augmenter. Vos résultats augmentent en conséquence.

Dernier point important : il est préférable de s’entraîner trois fois pendant 1h qu'une fois pendant 3h. La répétition des séances entrecoupées de pauses facilite l'assimilation des automatismes.

Ne pas se décourager

L'apprentissage d'une technique de lancer moderne est difficile et demande de la persévérance. Le manque de résultat ou la sensation de ne plus évoluer sont monnaie courante et peuvent vous décourager.

Donnez-vous du temps ! Ne vous attendez pas à voir les distances augmenter mètre par mètre à chaque lancer car vous allez être déçu. La progression au lancer n'est ni permanente ni régulière, elle se produit plutôt sous formes de paliers qui coïncident généralement avec des évolutions de votre technique.

Vous observerez sans doute ce phénomène de palier sur une même séance d’entraînement. Vous allez démarrer la séance sur un premier palier puis vous allez progresser soudainement au palier suivant en ayant changé un détail dans votre gestuelle, et ainsi de suite.

Habituellement je démarre mon entraînement avec des jets entre 160 et 165m (premier palier). Après 20min à rester bloqué à cette distance je réalise soudainement des lancers aux alentours de 175m à tous les coups. Je viens d'atteindre mon second palier. Je peux rester bloqué sur celui-ci longtemps et tout à coup réaliser des lancers à 185m puis au delà de 190m pendant un court un instant avant de régresser sous l'effet de la fatigue.

Ma progression

2014

Je pêchais en fil de 23/100 et parvenais difficilement à atteindre 100m au lancer. Ma technique de lancer était très approximative et mes montages peu optimisés. Il est évident qu'un fil plus fin m'aurait aidé à cette époque mais je ne le savais pas encore.

2015

Constatant des résultats de pêche très inférieurs à ceux de mes camarades qui lançaient plus loin que moi j'ai amélioré mon matériel en cours de saison. J'ai ainsi réduit le diamètre de mon corps de ligne à 18/100mm et remplacé mes moulinets par des modèles plus légers. L'allègement du matériel m'a aidé à améliorer le blocage de mon geste de lancer. J'ai aussi retravaillé mes montages pour les rendre plus aérodynamiques.

Toutes ces améliorations ont radicalement changé mes résultats et ma fin de saison a finalement été très satisfaisante. A cette époque je lançais mes lignes à environ 120m.

2016

Les poissons étaient tout à fait à ma portée mais j'ai commencé à m’entraîner au lancer sur une canne à répartition et un moulinet tournant, juste pour le plaisir d'apprendre à utiliser ce matériel. Je n'ai pas vraiment progressé au lancer cette année là mais j'ai pris goût à l'entraînement que je me suis mis à pratiquer comme un sport en attendant de sortir les cannes à la belle saison.

2017

Je me suis pris au jeu de voir les distances augmenter à l’entraînement avec ma canne à répartition et mon moulinet tournant. J'ai donc commencé à analyser mes résultats pour comprendre quand et comment je parvenais à atteindre 150m.

Mon fil d’entraînement était alors d'un diamètre de 37/100mm pour limiter les perruques du moulinet tournant. Mon record personnel était de 154m avec ce matériel, ce qui n'est pas si mal au regard de mon manque de maîtrise.

Avec mon matériel de pêche je déposais mes lignes entre 130 et 140m en plomb posé droit (sans décalage) mais je ne parvenais pas à maintenir cette distance tout au long de la session de pêche. Après deux heures de pêche, la distance diminuait à cause de la fatigue.

2018

Je me suis entraîné quelques fois en début de saison avec mon matériel de pêche et une caméra. En quatre séances je suis passé de 150m à 185m en moyenne. J'ai même réalisé deux jets dépassant les 200m sur fil de 20/100 et plomb de 130g.

La caméra m'a beaucoup aidé à visualiser mes erreurs et à corriger mon geste de lancer sud-africain. Certes, la technique était encore approximative et le geste manquait de fluidité mais les distances ont commencé à devenir satisfaisantes.

Je dois quand-même vous avouer que l'imprécision de ma technique (brutale) s'accompagnait de deux effets de bord :

  1. Je cassais souvent des montages au lancer. Le fil de 50/100 se rompait lors de la poussée.
  2. Je ne parvenais pas à lancer correctement des plombs supérieurs à 130g.

2019

J’ai repris l’entraînement en début de saison pour améliorer ma technique. Je me suis ainsi forcé à désapprendre un geste imprécis devenu naturel pour réapprendre un geste plus propre, plus progressif et plus fluide où la canne ne passe plus par-dessus mon épaule mais sur le côté. J’ai ainsi gagné en puissance et en confort de sorte que je parviens désormais à manipuler des cannes plus puissantes, plus lourdes et des plombs plus gros sans effort supplémentaire ni désagrément physique (aucune douleur au dos même avec une canne raide pesant 850g). J’arrive aujourd'hui à déposer un montage 2-empiles et des vers de sable à 150m (et parfois même 160m) sur une ligne de 14/100mm.

L’entraînement m'a permis de gagner en aisance et m'assure de pouvoir lancer mes lignes à la même distance toute la soirée. La fatigue ne me pénalise plus autant que l'année précédente car la technique a remplacé la force brute.

Il me manque encore quelques ajustements à effectuer pour gagner en vitesse d'exécution et améliorer la qualité de mon blocage, mais mon geste a déjà considérablement progressé.

Conclusion

Au travers de cet article j'ai voulu partager avec vous mon expérience de l'apprentissage du lancer.

Longtemps resté admiratif devant les belles vidéos de lancer, j'avais l'impression que l'apprentissage de ces techniques me prendrait une vie entière tant je ne savais pas par quel bout m'y prendre.

Je n'ai pas pour prétention d'être un expert du lancer, je ne le serai sans doute jamais, mais je pense avoir accompli une progression suffisamment significative pour me permettre d'en tirer quelques bons conseils que je résumerais ainsi :

  • Ne vous découragez pas, soyez patient et persévérant
  • Filmez-vous et faites-vous conseiller par quelqu'un d'expérimenté
  • Recherchez l'amélioration de votre performance moyenne. Inutile de viser un record impossible à reproduire car en action de pêche la régularité prime sur l'exploit.
Lancer : s’entraîner pour progresserLancer : s’entraîner pour progresser
Lancer : s’entraîner pour progresserLancer : s’entraîner pour progresser

Partager cet article

Repost0

Commenter cet article

Oliviier 18/11/2018 17:56

ENCORE un article très intéressant. Merci!
J'ai commencé à m'entrainer sur le Rhône (plus près que la Méd'...) avec une balle de tennis en guise de lest.
Je pense passer au plomb et comme ça je "verrais" le fond et voir si ça passe ou ça casse. Et le plomb sera moins sensible au vent qu'il y a pratiquement toujours sur le Rhône.
Pour la distance, je compte les tours de moulinets pour la distance mais je compte acheter un compteur chinois, plus pour voir si il y a progression plutôt que la distance "réelle"... Et piquer la caméra de mes filles pour voir ma gestuelle, étant seul dans mon coin.
Sur YT, il y a une "vieille" vidéo qui décompose un lancer en faisant lancer le "cobaye" avec, a chaque fois, un point à travailler. Si je retrouve le lien, je le mettrais ;-)

Oliviier 09/12/2018 18:42

Oui ;-)

Jérémie 09/12/2018 17:55

celle-ci ?
https://www.youtube.com/watch?v=BrM2eVP0_-E