Surfcasting Méditerranée

Préparatifs de début de saison

Bonjour à tous,

Nous sommes entre janvier et février et, comme tout pêcheur responsable, j'applique la trêve hivernale : le loup est en pleine période de reproduction et nous nous abstenons de le pêcher dans un souci de préservation de l'espèce.

Les sparidés sont aux abonnés absents, ou presque car marbrés et dorades ne sont pas encore véritablement de retour. Les sars quant à eux ne fréquentent les plages qu'en cas de coup de mer.

En bref, c'est le bon moment pour réviser le matériel en prévision du début de saison.

Réviser les montages

On commence par faire le tri dans les montages et on jette tous ceux dont les accessoires métalliques sont rouillés (agrafes, émerillons) ainsi que ceux qui ont le plus pêché la saison dernière.

Les montages usés présentent un risque élevé de casse lors du lancer. Il serait dangereux de les réutiliser alors il est préférable de les sacrifier et d'en refaire de nouveaux. Vous pouvez récupérer les agrafes et les émerillons s'ils ne sont pas oxydés mais ne prenez pas de risque, au moindre doute jetez-les.

Même remarque pour les bas de lignes et les hameçons : tout bas de ligne au fil endommagé, déformé ou à l'hameçon usé devra être mis à la poubelle.

Une fois que le tri est fait, il ne vous restera plus qu'à remonter de nouvelles lignes pour remplacer celles qui manquent.

La réalisation de nouvelles ligne est l'occasion d’innover et de diversifier un peu plus vos montages, pensez-y.

Nettoyage des supports de cannes

La plupart des trépieds et des piquets modernes sont équipés de molettes où peuvent s'incruster le sable et le sel. Il est important de bien nettoyer molettes et pas de vis pour leur éviter de se gripper, surtout s'il s'agit de molettes que vous actionnez peu souvent.

On commence par démonter toutes les molettes pour les nettoyer. On élimine le sable du filetage au moyen d'un chiffon microfibre ou d'un pinceau sec. Faites ensuite tremper dans un bain d'eau (très) chaude les vis dont le filetage est obstrué par des résidus de sel. Le sel va ainsi fondre en quelques minutes. Vous pouvez brosser les éléments les plus sales avec une veille brosse à dents et du liquide vaisselle pour les décrasser complètement.

Si vous possédez des vis et des molettes en laiton oxydées alors sachez il existe des solutions simples pour les nettoyer comme le nettoyage au dentifrice ou bien les baigner dans du vinaigre.
Pour les pièces les plus fortement oxydées, il existe une solution radicale à utiliser avec précaution : les faire tremper quelques secondes dans l'acide chlorhydrique. Le nettoyage à l'acide est très efficace mais agressif. Évitez de laisser baigner trop longtemps vos pièces les plus fines et surtout rincez les à grande eau (c'est la méthode que j'utilise le plus).

Après avoir séché les molettes, pulvérisez un peu de WD-40 sur le filetage et remontez-les sur le support de canne. Une fine pellicule de WD-40 restera emprisonnée entre la vis et le pas de vis. Cette fine pellicule facilitera la rotation de la vis et chassera l'eau pendant vos prochaines sorties. Remettez une pulvérisation de WD-40 de temps en temps en cours de saison pour éviter que le sel ne se colle.

Après avoir nettoyé les vis on va s'occuper du support de canne. L'entretien des piquets en aluminium est relativement simple car il suffit de les rincer pour retirer les résidus de sel et la poussière.
Les trépieds demandent un peu plus d'attention : après avoir rincé et séché le trépied, on va pulvériser du WD-40 sur chaque fermoir, chaque rotule et chaque pas de vis pour éviter qu'ils ne se grippent sous l'accumulation du sel et des impuretés.

Le nettoyage des supports est terminé, on passe à la suite.

Nettoyage des bagages de rangement

Les sacs, caisses et fourreaux méritent eux aussi d'être nettoyé en profondeur, au moins une fois par an.

Commencez par vider entièrement le contenu de vos bagages pour bien les nettoyer. Certes c'est une étape un peu pénible mais vous verrez à quel point on prend plaisir ensuite à travailler avec du matériel propre et bien rangé.

La caisse

Passez l'aspirateur dans tous les compartiments de la caisse pour retirer le sable puis terminez le nettoyage avec un chiffon humide pour éliminer la poussière.

Pulvérisez du WD-40 sur toutes les pièces en métal (charnières, fermoirs) pour les dégripper et limiter la corrosion.

Le fourreau et les sacs

Comme pour la caisse, on retire le sable en passant l'aspirateur. Il est particulièrement difficile de faire autrement dans les sacs et les fourreaux...

Entretenez les fermetures éclaires en pulvérisant du WD-40. Cette étape importante est à reproduire aussi souvent que possible au risque de voir les glissières casser comme du verre sous l'effet de la corrosion.

Les traces de corrosion ne sont pas toujours visibles. J'ai eu la mauvaise surprise de casser deux glissières totalement rongées par l'air marin sans que je n'ai pu remarquer la moindre trace de rouille car la corrosion a pris à l'intérieur de la glissière.

Restaurez les coutures et les déchirures du mieux que vous pouvez. Certaines toiles épaisses sont particulièrement difficiles à travailler et il faut reconnaître que nous ne sommes pas tous des experts de la couture mais ne pas intervenir sur une couture affaiblie serait encore pire.

Les boites

Videz les boîtes de petit matériel pour les nettoyer car il y a de fortes chances que du sable s'y soit introduit.

Passez un coup de chiffon en microfibre ou lavez les boîtes pour éliminer la poussière ainsi que les résidus de peinture, de plastique et de plomb laissés par vos accessoires.

Inventaire du petit matériel

Le nettoyage des boîtes de petit matériel est l'occasion de réaliser un inventaire complet. Pas question d'être pris au dépourvu au bord de l'eau, le contenu de la caisse doit être préparé avec soin !

Les hameçons

Vérifiez votre stock d'hameçon pour chacun des modèles et chacune des tailles que vous utilisez habituellement. Refaites le plein si nécessaire.

Jetez tout hameçon qui présente une trace de rouille et si l'une de vos boites a été compromise par la corrosion alors il y a de grande chance qu'il faille jeter le stock qu'elle contient.

Note : Si vos hameçons rouillent dans leur boîte alors je vous suggère de changer de boîte au profit d'un modèle doté d'un joint.

Les bobines de fil de bas de ligne

Inspectez vos bobines de fil pour évaluer le niveau de votre réserve.

Remplacez toute bobine grandement entamée par une neuve pour ne pas vous retrouver à court au bord de l'eau. Conservez la bobine entamée à la maison, elle vous servira à confectionner des bas de ligne d'avance.

Les bas de ligne montés

Que vous confectionniez vous-même vos bas de ligne ou que vous achetiez des bas de lignes déjà montés en magasin, je vous recommande de réaliser avec soin l'inventaire de vos bas de ligne.

Jetez tout bas de ligne au fil ou à l'hameçon endommagé et assurez-vous de disposer d'un stock suffisant pour faire face à plusieurs sorties.

Les aiguilles à ver

Faites le compte de vos aiguilles à ver et vérifiez leur état. Après plusieurs utilisations, les aiguilles ont tendance à se boucher. Les fluides secs des vers mêlés au sable et au sel créent un bouchon qui empêche l'hameçon de pénétrer correctement dans l'aiguille.

Vous pouvez tenter de récupérer les aiguilles bouchées en les faisant tremper longuement dans une eau très chaude puis en les curant au moyen d'une épingle.
Si malgré ce premier traitement vos aiguilles restent bouchées alors vous pouvez tenter de les chauffer à la flamme d'un briquet pour brûler les impuretés. Prenez soin de ne pas chauffer les aiguilles jusqu'à incandescence (le métal devient orange à rouge) car après avoir refroidit vous constaterez qu'elles ont perdu leur raideur et se tordent sans forcer... elles deviennent alors inutilisables.

Remplacez les aiguilles manquantes et toutes celles qui sont irrécupérables (fortement tordues ou définitivement bouchées).

Les plombs

Faites l'inventaire de votre stock de plomb pour vous assurer de disposer de tous les modèles et toutes les tailles dont vous pouvez avoir besoin.

Profitez-en pour inspecter l'état des émerillons des plombs qui en sont dotés et remplacez tous ceux qui sont grippés ou qui présentent des signes évident de corrosion (si vous le pouvez).

Par mesure de sécurité, retirez tous les plombs qui possèdent un émerillon endommagé que vous ne pouvez pas changer. L'émerillon risque de casser au lancer et le plomb peut heurter quelqu'un en déviant de la trajectoire voulue.

Pinces, ciseaux et couteaux

Comme toute pièce métallique exposée à l'air marin et à l'eau de mer, les couteaux, ciseaux et pinces rouillent. Même les modèles en inox finissent par rouiller s'ils ne sont pas entretenus.

Frottez fermement les taches de rouille avec une chiffon imbibé de vinaigre blanc, de citron ou d'essence de térébenthine pour les faire disparaître. Une autre astuce consiste à couper une pomme de terre en deux et à frotter la face intérieure sur les objets rouillés en surface.

Ouvrez les pinces au maximum et pulvériser du WD-40 entre les deux mâchoires pour atteindre l'axe. Fermez puis ouvrez la pince à plusieurs reprise pour permettre au dégrippant de bien pénétrer. Vos pinces devraient rapidement retrouver leur fluidité de mouvement. La procédure est également valable pour les ciseaux.

Après avoir retiré la rouille, rincez correctement les accessoires et essuyez-les avant de les ranger.

L'éclairage

Les piles et les accumulateurs

Se retrouver sans lumière en pleine nuit risque certainement de vous gâcher la sortie. Pour éviter d’être pris de court il est important de vérifier l'état de vos piles et de vos accumulateurs.

Si vous n'avez pas de quoi tester vos piles alors prévoyez des exemplaires de secours dans votre matériel.

Les accumulateurs NiMh (piles rechargeables) et batteries Li-Ion perdent progressivement de leur capacité, surtout s'ils sont stockés déchargés ou qu'il sont rechargés avec des chargeurs basiques.
Je vous recommande vivement d'investir dans un chargeur intelligent qui sera capable de tester la capacité réelle de vos accumulateurs et de réaliser un cycle d'entretien pour récupérer les plus fatigués.
Ce petit investissement de 30€ à 40€ m'a ainsi permis de récupérer des piles rechargeables que le chargeur d'origine (trop basique) ne parvenait plus à recharger. 5 ans après les avoir fait revivre, ces piles rechargeables vieilles de 14 ans m'accompagnent toujours.

Les lampes

Avec l'air marin, les circuits des lampes frontales peuvent finir par s'oxyder et être sujets à de faux-contacts. Testez donc le bon fonctionnement de votre lampe en prévision de la nouvelle saison.

Vérifiez l'état des vis qui composent le boîtier et l'état des bandes élastiques qui la maintiennent en place sur votre tête. Avec le temps et l'exposition à l'air marin, les vis rouillent et les bandes élastiques se détendent. Il est parfois nécessaire de les remplacer.

Prévoyez une lampe frontale de secours si vous n'en avez pas déjà une, surtout si vous êtes amenés à pêcher loin de toute source de lumière et que vous retrouver sans lumière pourrait être dangereux.

Les accessoires lumineux de détection

Faites l'inventaire de vos bâtonnets lumineux. Assurez-vous d'en avoir suffisamment en stock pour vos prochaines sorties et vérifiez leur date de péremption. Les bâtonnets lumineux périmés peuvent être utilisés mais vous devez vous attendre à ce qu'ils durent moins longtemps que prévu. S'ils sont périmés depuis plus d'un an alors prévoyez de quoi les remplacer rapidement car leur durée de vie sera très faible.

Les accessoires lumineux électroniques nécessitent un peu plus de soin. Vérifiez qu'il n'ont pas été attaqué par la rouille et qu'ils fonctionnent parfaitement.
Remplacez les piles qui montrent des signes de faiblesse et gardez un ou deux exemplaire de rechange dans une petite boite étanche.

Si vos accessoires lumineux comportent des joints d'étanchéité alors vérifiez leur intégrité et remplacez-les si nécessaire.

Cannes et moulinets

Terminons la révision du matériel par les éléments les plus importants de notre attirail de pêcheur : les cannes et les moulinets.

Avant de démarrer la saison il est bon de réaliser un nettoyage des cannes et des moulinets (si vous ne l'avez pas fait avant d'entreposer votre matériel).

Le carbone des cannes ne demande pas d'entretien particulier si ce n'est un nettoyage de surface. Les anneaux en revanche demandent à être nettoyé convenablement pour limiter la corrosion de l'armature et assurer une bonne glisse du fil.

Nettoyez le sable de vos moulinets et lubrifiez les roulements du mécanisme ainsi que le roulement du galet. Inspectez le galet de chaque moulinet et remplacez ceux qui sont endommagés.

Profitez de l'occasion pour contrôler le frein de vos bobines car certains modèles s'usent beaucoup plus vite que d'autres.

Si vous possédez un moulinet tournant, alors c'est le moment de procéder à un démontage complet pour un nettoyage en profondeur. Les moulinets tournants sont habituellement simples à démonter et remonter, si j'y arrive alors c'est que tout le monde le peut :)
Nettoyez la mécanique et graissez les pièces en laiton s'il y en a. Huilez les roulements à bille de la bobine et remontez le tout. 
Terminez l'entretien du moulinet tournant en refaisant vos réglages de frein et de centrage de la bobine.

Enfin, la révision ne serait pas complète sans s'occuper du fil et de l'arraché. Rincez correctement le fil et l'arraché si vous comptez les réutiliser. Déroulez l'arraché pour vous assurer qu'il n'a pas une tendance naturelle à vriller et pour inspecter l'apparence du fil. Au moindre doute, remplacez-les.

Je vous invite à lire l'article sur l'entretien du matériel pour obtenir plus de détails sur les opérations de maintenance à réaliser avant de remettre votre matériel en service.

Conclusion

Lorsque le temps n'est pas propice à la pêche, réviser son matériel est un bon moyen de continuer à vivre sa passion en préparant avec soin la saison.

Le nettoyage complet du matériel est une tache un peu rébarbative au premier abord mais nécessaire pour maintenir votre matériel en bonne forme. Un matériel bien entretenu se montre plus efficace et plus fluide à l'usage. Vos performances n'en seront que meilleures.

Le plus difficile est de s'y mettre car une fois que vous avez démarré le ménage vous allez vite vous prendre au jeu en pensant à votre prochaine sortie.

J'ai procédé à la révision de mon matériel un weekend de pluie. Avec le froid du moment, c'est à vous de jouer.

Bonne révision à tous !

Partager cet article

Repost0

Commenter cet article

jp 08/03/2018 14:52

merci pour ces conseils. pour ma part j'utilise la machine à laver la vaisselle pour nettoyer tout le petit matériel de pèche (boites en plastique, dégorgeoir, aiguilles, ciseaux, plioirs avec et sans bas de ligne montés, couteaux...).. c'est top pour nettoyer les salissures de sang, de vers, de poisson, & co...

pour le fourreau et quelques autres accessoires comme les serviettes, la machine a laver fait très bien le job aussi.. ;=)) le tout en complément de vos bons conseils..