Surfcasting Méditerranée

Réponses à vos questions

Voici un article un peu spécial car j'ai compilé toutes les questions que j'ai reçu depuis l'ouverture du blog pour partager mes réponses avec tout le monde.

Bien entendu, je n'ai pas indiqué qui m'a posé ces questions mais ces personnes sont libres de se manifester en commentaire.

Pour faciliter la navigation, j'ai regroupé les questions en thèmes que vous pouvez trouver ci-dessous :

Questions sur les appâts

Quels sont tes appâts préférés ?

Voici le classement des appâts que j'utilise le plus.

A chaque sortie Régulièrement Rarement Très rarement
Le ver de sable
Le couteau
La demi-dure
La dure
Le bibi
Le ver américain
Le ver de chalut
Les crabes
La coque rouge
Le mouron
La crevette
La piade

Pêches-tu avec des couteaux entiers ou décortiqués ?

Lorsque je pêche en plage, je retire toujours les couteaux de leurs coquilles et je les ficelle avec du fil élastique avant de les enfiler à l'aiguille sur l'hameçon (voir ici, première méthode).

Le couteau décortiqué se prête mieux à la pêche à longue distance comme je l'explique dans cet article.

J'ai pour habitude de couper les gros couteaux en deux pour charger deux hameçons. D'un coté le pied, et de l'autre le mou (tripes et parties molles) que je ficelle sur une aiguille de gros diamètre (1.5mm). En général, j'ai plus de touches sur le mou que sur le pied du couteau. Ne jetez donc surtout pas le mou, c'est la meilleure partie de l'appât !

Quel crabe me conseilles-tu pour la dorade ?

Je conseille particulièrement le petit crabe de sable (crabe blanc, étrille élégante) qui donne de très bons résultats. Viennent ensuite le crabe rose et l'étrille d’eau froide qui sont aussi très efficaces mais que l'on a du mal à conserver.

Le crabe vert reste une valeur sûre quoi qu'il arrive mais je le classe quand même après les trois autres.

Mes crabes éclatent au lancer, que faire ?

Le crabe n'est pas un appât que je recommande pour la longue distance et si vous éclatez les crabes au lancer alors c'est sûrement parce que le lancer est puissant et que vous cherchez à atteindre une grande distance.

Pour contourner le problème vous pouvez ficeler la carapace du crabe au fil élastique. Ceci permettra à l'appât de mieux résister à la pression du lancer.

Pêches-tu avec des escargots de mer ?

Non, je n'ai jamais pêché avec des escargots, peut-être à tort.

Je ne peux pas ramasser cet appât par moi-même et il ne fait pas parti des produits que l'on trouve facilement en magasin de pêche.

D'après ce que j'ai pu lire sur les réseaux sociaux, le turbo méditerranéen (astrée rugueuse) est un appât populaire dans le Var chez les pêcheurs qui cherchent à sélectionner les belles dorades.

Questions sur les techniques de pêche

Je n'arrive pas à voir les touches, que faire ?

Voici une question qui revient très souvent et que beaucoup de pêcheurs se posent, même des pêcheurs expérimentés.

Si vous prenez souvent des poissons sans voir les touches alors il faut revoir votre installation et vos outils de détection des touches. Suivez les conseils de mon article sur la détection des touches et faites des essais jusqu'à trouver ce qui marche pour vous. Dans tous les cas, la solution la plus fiable est de placer vos cannes sur des hautes piques et d'observer vos scions, même si cela est un peu fatigant à la longue.

Vous pouvez aussi essayer de retravailler vos montages en commençant par réduire la longueur de vos bas de ligne. Des bas de ligne longs génèrent moins de touches visibles que les plus courts. Par contre, si vous constatez beaucoup de touches sans suites, alors il faudra rallonger vos bas de ligne.

Quoi que vous fassiez, souvenez-vous que le surfcasting est une pêche active où il faut remonter les lignes régulièrement pour les inspecter et comprendre ce qu'il se passe avant de les relancer.

J'ai suivi tous tes conseils mais je n'ai pas de résultat.

Les conseils que je donne sont le fruit de ma propre expérience, basée sur le secteur que je pêche. Il est possible que vos conditions de pêche soient un peu différentes et que certaines de mes astuces ne soient pas applicables à la plage que vous pratiquez. Si tel est le cas, alors n'hésitez pas à laisser un commentaire au bas de l'article qui n'a pas fonctionné pour vous en me disant quel secteur vous pêchez.

Ne vous découragez surtout pas. Sachez que l'expérience s'acquiert aussi avec les échecs et personne ne fait exception à la règle. Un échec ne vous apprend pas ce qui aurait du fonctionner mais vous apprend ce qui n'a pas marché. L'erreur la plus courante est d'insister en reproduisant les mêmes techniques et les mêmes erreurs en espérant que la chance soit avec vous. La prochaine fois et dans les mêmes conditions vous tenterez quelque chose de différent. A force de tentatives vous parviendrez à trouver ce qui fonctionne.

Pour gagner du temps, rapprochez-vous d'autres pêcheurs pour comprendre pourquoi eux attrapent du poisson et apprendre à pêcher le secteur.

As-tu des techniques secrètes ?

Non, je n'ai aucun secret.

Tout ce que je sais est (ou sera) partagé sur ce blog à l'exception des endroits exacts sur lesquels je pêche car je ne souhaite pas que mes plages favorites soient envahies.

Toutes les plages de mon secteur (de la Grande-Motte à Palavas) valent le coup mais je ne veux pas avoir à changer mes habitudes parce que certaines personnes seraient tentées d'essayer mes plages préférées en pensant que le lieu compte plus que la technique.

Questions sur les lancers

Je ne parviens pas à lancer droit. Que me conseilles-tu ?

Les lancers déviés à gauche ou à droite sont courants lorsque vous vous essayez aux techniques de lancer à longue distance comme le plomb posé ou le sud africain.

Pour améliorer votre technique de lancer il faudra vous entraîner et demander à un pêcheur expérimenté de vous observer pour qu'il puisse vous aider à corriger votre geste. Quelques réglages de la longueur de la bannière peuvent aussi contribuer à l'amélioration du résultat.

Soyez un peu patient et persévérant. Les techniques de lancer modernes demandent un peu de pratique avant de parvenir à un geste convenable qui ne dévie pas et vous donnera la distance voulue.

En toute transparence, il est fréquent que je dévie moi aussi de 5 à 10° à gauche lorsque j'appuie un peu sur mes lancers. Pour compenser, je décale ma position de départ.

A quelle distance pêches-tu ?

Je pêche les muges dorés en bordure et moyenne distance c'est à dire entre 30m et 70m.

Pour les dorades, marbrés, chinchards et autre espèces je pêche entre 100m et 130m selon la canne, le montage et le plomb que je choisis.

Avec un vent soutenu dans le dos, la distance de pêche augmente facilement de 20m mais sur mon secteur favori il est rarement nécessaire de pêcher plus loin que 130m.

Quel est ton record de lancer ?

Il faut d'abord savoir que je ne suis pas un gros lanceur et que j'atteins rarement des distances remarquables.

Mon record 2017 est une estimation réalisée avec un compteur métrique fixé sur la canne après avoir lancé et tendu la ligne. J'ai ainsi mesuré 167m avec une canne à répartition Century Kompressor S, un moulinet tournant Abu Garcia 5500 et du fil 0.33mm appartenant à mon ami Mohamed.

La mesure a été réalisée seulement avec un plomb (sans ligne de pêche) et sans vent.

*Update 2018* : Avec mon matériel de pêche (cannes 3 brins Colmic 07F1, moulinet Shimano MGS XSB et fil de 0.20mm) j'ai réussi à deux reprises à passer la ligne des 200m avec un jet à 203m et un autre à 208m. Je n'y suis parvenu que deux fois et la plupart du temps je plafonne en dessous de 190m.

Combien de temps t'a-t-il fallu pour maîtriser le lancer sud-africain ?

Je ne maîtrise pas très bien le lancer sud-africain. Mon geste n’est pas mauvais mais je manque de rapidité et suis donc encore en dessous des performances que je vise.

Comme les plages que je pêche nécessitent rarement de pêcher plus loin que mes capacités actuelles, j'ai fini par m’en contenter.

*Update 2018* : Je parviens à présent à lancer correctement en sud-africain suite à quelques sessions d’entraînement avec mes camarades du club de Sète. J’ai grandement progressé après 5 à 6 séances d’entraînement où je me suis filmé.

Questions sur les montages

Pourquoi utilises-tu des émerillons triples ?

C'est une astuce que m'a donné mon ami Seb. L'utilisation d'émerillons triples semble limiter l'emmêlement des empiles mais j'ai dernièrement été contraint de changer de modèle d'émerillon et je rencontre à présent quelques soucis lorsqu'il y a un peu de courant.

Je pense abandonner les émerillons triples au profit des perles à deux trous. Celles-ci sont moins pratiques lorsqu'il faut changer un bas de ligne (surtout en pleine nuit) mais elles ne s'emmêlent pratiquement jamais.

Les montages clippés marchent-ils avec des Circle Hooks ?

Oui, vous pouvez utiliser des circle hooks avec les montages clippés. La forme particulière de l'hameçon n'empêche pas l'accroche appât de fonctionner mais il est possible que certaines formes d'hameçons circulaires avec une pointe légèrement désaxée aient tendance à attraper le montage si vous n'avez pas positionné la pointe vers l'extérieur en le plaçant sur l'accroche appât.

Qu'est-ce qu'une empile ? Qu'est-ce qu'un traînard ?

A l'origine, l'empile est un bas de ligne court monté en potence que l'on place généralement en haut de montage de sorte que l'appât soit décollé du fond. On utilise les empiles en surfcasting mais aussi en pêche à soutenir (en bateau).

L'empile est opposée au traînard qui est destiné à reposer (traîner) sur le fond.

Dans les faits, beaucoup de mes montages utilisent des empiles longues qui traînent un peu sur le fond lorsqu'elles ne sont pas équipées de perles flottantes. Certains pêcheurs les considèrent donc aussi comme des trainards.

Quelle longueur de bas de ligne utilises-tu ?

La longueur de mon bas de ligne dépend avant tout du montage que j'utilise. Comme je pêche presque exclusivement avec des montages à plusieurs empiles, la longueur de mes empiles est basée sur la distance qui sépare mes émerillons (ou perles à 2 trous).

Mes empiles sont donc légèrement plus courtes que la distance qui sépare les émerillons pour éviter que les empiles ne s'emmêlent lorsque le montage tombe à l'eau ou que j'attrape un poisson.

Voici ce que cela donne le plus souvent avec des montages symétriques (montages où toutes les empiles sont de même longueur) :

  2 empiles 3 empiles
Montage de 150cm : empiles d'environ 130cm -
Montage de 200cm : empiles d'environ 180cm empiles d'environ 90cm
Montage de 230cm : - empiles d'environ 105cm

Comment choisis-tu entre traînard et empile haute ?

Et bien pour faire simple : je pêches avec 2 empiles pour ne pas avoir à faire de choix !

En règle générale, l'empile haute s'emmêle moins lorsqu'il y un courant changeant. Elle permet aussi une présentation un peu différente qui semble particulièrement convenir aux marbrés car c'est souvent sur les empiles hautes qu'on les attrape.

Quel nylon ou fluorocarbone me conseilles-tu ?

Dans le moulinet je recommande un fil à la fois bon marché et de bonne qualité comme le Colmic Former, le Yuki Kenta ou le Cinnetic Skyline. Je les utilise en couleur rouge/rose avec un arraché conique transparent Cinnetic.

Le diamètre du fil dépendra du lieu de pêche. Pour les plages que je fréquente, mes bobines sont garnies de fil 16/100 à 20/100.

En bas de ligne j'utilise du fluorocarbone Tubertini Gorilla UC4 et du Gorilla Power (plus souple et plus lisse). J'utilisais auparavant du nylon Colmic X5000 très résistant à l'étirement mais cassant après un coup de dent ou un noeud simple. Mes bas de ligne sont montés en fil de diamètre 22/100 à 26/100 selon les appâts et les conditions de pêche (hors coups de mer).

A quoi servent les perles flottantes ?

Les perles flottantes servent à faire remonter un bas de ligne. On les utilise pour chercher les poissons dans les couches d'eau supérieures en présentant un appât décollé du fond.

Plus la perle est grosse et plus son pouvoir de flottaison est important. Elle pourra donc faire flotter un appât plus gros et plus haut.

Les vers sont les appâts que l'on utilise le plus avec une perle flottante.

Il y a des jours/soirs où les montages à perles flottantes sont les seuls qui marchent. Certains poissons comme les chinchards ou les oblades mordent rarement au fond mais souvent sur les perles flottantes. Les dorades aussi aiment s'attaquer aux perles flottantes.

Pourquoi utilises-tu un émerillon en tête de montage ?

C'est une question d'habitude et je trouve cela pratique pour rattacher le montage à l'agrafe de l'arraché. La rotation n'a pas beaucoup d'importance car j'utilise principalement des plombs montés sur émerillon eux aussi.

On pourrait très bien remplacer l'émerillon de tête par une boucle protégée par une gaine ou un scoubidou comme le font certains de mes amis.

Avec quoi raccordes-tu tes montages à l'arraché ?

J'utilise des agrafes rapides avec une gaine thermoretractable comme celles-ci.

Source : http://www.leaderpesca.com

Je les noue à l'arraché, ce qui me permet de changer rapidement de montage et de ranger ma ligne facilement.

Ce système est fiable et solide. Tous les pêcheurs de compétition utilisent ce type d'agrafe que l'on trouve de plus en plus facilement dans les commerces français.

Questions sur mes sorties

Où pêches-tu ?

Je pêche principalement les plages de Carnon (34) à la Grande Motte (34) sur les secteurs du Grand Travers et du Petit Travers. Il m'arrive aussi de pêcher du coté de Palavas mais il est difficile de s'y garer en pleine saison.

J'aime les deux secteurs. Le Petit Travers est un peu plus sauvage et moins fréquenté en soirée car il n'y a aucun restaurant à proximité mais le parking est situé à plus de 400m de la plage. Le Grand Travers est plus pratique d'accès car on se gare très près de la plage mais la présence des restaurants de plage (paillotes) génère une certaine foule qui vient discuter et vient marcher sur la plage au milieu de nos affaires. Comme j'embarque beaucoup de matériel avec moi, j'essaye de me garer au plus près et vais donc souvent pêcher au Grand Travers malgré la foule qui trouble ma tranquillité.

De temps en temps, je vais également pêcher les plages entre Sète et Marseillan. Ce sont de très bons secteurs mais la route me dissuade un peu d'y aller régulièrement. Je rentre souvent très fatigué de mes sorties et je fais donc attention de limiter la durée du trajet de retour pour réduire les risques d'endormissement au volant.

Que fais-tu des poissons que tu attrapes ? Est-ce que tu les revends ?

Non je ne vends pas mes poissons. C'est d'abord une question d'éthique mais il faut aussi savoir que c'est interdit en France.

Je mange beaucoup de poisson (3 à 4 fois par semaine) et j'en donne aussi à mes proches qui sont ravis de pouvoir en manger eux aussi. Je fais également des échanges avec des amis chasseurs : du gibier contre du poisson.

Comment fais-tu pour attraper aussi souvent du poisson ?

Bien... pour être tout à fait honnête, mes sorties n'ont pas toujours été aussi bonnes.

J'ai démarré le surfcasting en plage en 2010 (je pêchais déjà en digue depuis 2006) avec des résultats moyens qui n'ont cessé de se dégrader jusqu'en 2014.

La saison suivante (2015) j'ai remis en question tout ce que je savais de la pêche en mer et j'ai commencé à m'inspirer des montages et des techniques de mes amis compétiteurs. Il ne m'a pas fallu très longtemps pour obtenir de bons résultats. L'amélioration de mes résultats m'a fait comprendre que la technique me faisait défaut dans une période où le poisson devient de plus en plus difficile. Depuis, je cherche régulièrement à améliorer mes techniques et mes montages pour gagner en efficacité.

Je prépare mes sorties à l'avance en regardant attentivement la météo marine pour éviter les conditions climatiques qui ne me conviennent pas. Je regarde les horaires des marées pour évaluer les heures d'activité des poissons et la lune pour estimer le potentiel d'activité

Avec quelques années de pratique régulière sur le même secteur j'ai acquis une certaine expérience et des repères qui me permettent de trouver rapidement les poissons. J'arrive maintenant à prévoir (à peu près) quelles espèces peuvent se trouver en activité en fonction des conditions climatiques, de la température de l'eau et de la période de l'année. Ce n'est pas une science exacte, il n'y a pas forcément quelque chose de rationnel que je puisse expliquer et qui puisse servir de règle à tout le monde. C'est un feeling, une impression, une sorte de 6ème sens qui parfois se trompe complètement...

Pour finir, il faut savoir que je plonge régulièrement sur les plages que je pêche pour y ramasser des appâts et observer le fond. Cette étape de repérage m'aide à comprendre comment circulent les poissons, où se trouve la nourriture et donc où déposer mes lignes.

Pourquoi et comment classes-tu tes sorties en tant que "réussies", "moyennes" et "difficiles" ?

Depuis Septembre 2015 je tiens les comptes de mes sorties dans le but d'évaluer ma progression et d'établir des statistiques sur l'activité des poissons en fonction des espèces, du lieu et de la saison. Les comptes rendus que je publie me servent d'aide mémoire ou de journal de bord. C'est pour cette raison qu'ils sont souvent détaillés heure par heure avec le compte exact des poissons de chaque espèce.

Pour réaliser une analyse statistiques j'ai eu besoin d'introduire un paramètre de succès. J'ai choisi une classification simplifiée de type "bon, moyen, mauvais". Cette classification est totalement personnelle et repose sur ma propre logique que voici :

Sortie Réussie - J'ai le sentiment d'avoir trouvé les poissons que j'étais venu chercher et l'activité ne m'a pas beaucoup laissé le temps de m'asseoir. J'ai constaté un rythme moyen d'au moins 2 touches par heure et j'ai réussi à attraper un minimum de 10 poissons que j'estime dignes d'être conservés à l'issue de la soirée même si je n'en ai pas gardé autant.

Sortie Moyenne - Le résultat final compte entre 5 et 9 poissons dignes d'être conservés même si le nombre total de prises peut être supérieur. Soit la pêche était un peu difficile avec une activité passagère ou une majorité de petits poissons, soit il y avait possibilité de mieux faire et je sais que j'ai raté quelque chose (ex: plusieurs poissons manqués ou perdus).

Sortie Difficile - Le résultat compte moins de 5 poissons dignes d'êtres conservés. La pêche était particulièrement difficile avec une activité réduite des poissons ou bien en raison de conditions climatiques et de mer peu favorables à la pêche.

Où sont tes comptes rendus d'hiver ?

Je ne pêche pas l'hiver par manque de temps et de motivation. Je sais bien que l'hiver est "LA" saison des grosses pêche de loup, mais je manque de disponibilité et surtout j'ai horreur d'aller me geler dans le vent et la pluie.

Chaque année je prévois d'aller pêcher l'hiver et chaque année je manque de courage. Peut-être l'année prochaine :)

Questions sur l'auteur du blog

Où habites-tu ? Peut-on se rencontrer ?

J'habite Montpellier, quartiers Ouest. Pour me rencontrer il vous suffit de m'envoyer un message par le formulaire de contact du blog.

Depuis quand pêches-tu ? Quel est ton parcours ?

Je pêche depuis l'âge de 8 ou 9 ans. J'en aurai (bientôt) 35 en décembre 2017.

J'ai démarré la pêche dans le département de l'Hérault avec la truite en rivière et le poisson blanc au coup en étang. A l'âge de 10 ans j'ai déménagé et suis arrivé dans le Gard (1992) où j'ai fait la rencontre d'une personne incroyable qui m'a pris sous son aile et m'a appris la pêche de concours.

J'ai pratiqué la pêche au coup de compétition à la grande canne (11m et 13m) et me suis diversifié avec la pêche à l'anglaise et la bolognaise. Mes résultats étaient encourageants mais par manque de disponibilité je n'ai pas pu participer aux grandes compétitions pour lesquelles j'étais qualifié.

Le décès prématuré de mon ami en 1997 a mis le doute dans ma vie de jeune compétiteur. Privé d'un protecteur et d'un mentor je me suis retrouvé directement exposé à la médisance et la jalousie de mes concurrents. Ecœuré, j'ai fini par arrêter la pêche de compétition et me suis tourné vers des pêches de fond. J'ai commencé avec le quiver (feeder) puis suis naturellement arrivé à la pêche de la carpe que j'ai finalement assez peu pratiquée.

En 2006 j'ai découvert la pêche de la dorade depuis les digues. En observant les autres pêcheurs je me suis aperçu que mes connaissances en quiver pourraient me servir et j'ai effectivement eu de bons résultats dès les premières sorties. La pêche en mer a alors totalement remplacé la pêche en eau douce dans mon esprit.

En 2010 je suis passé au surf lourd en plage. J'ai aussi fait quelques sorties en bateau (pêche à soutenir) mais les contraintes et le coût des sorties m'ont décidé à me focaliser sur la pêche en bord de mer malgré de très bons résultats en bateaux. Je me suis alors inscrit sur une communauté (un forum) aujourd'hui disparue. Cette communauté rassemblait de nombreux pêcheurs expérimentés et débutants avec un esprit de partage inégalé à ce jour. J'y ai appris beaucoup et j'y ai rencontré des gens formidables qui sont aujourd'hui encore mes compagnons de pêche. Nous avons évolué ensemble et nous nous inspirons les uns des autres. C'est grâce à eux que je progresse et c'est à leur contact que j'ai appris tout ce que je partage à présent sur ce blog.

Quel est ton plus gros poisson ?

Je n'ai jamais vraiment traqué les poissons records en particulier. Je suis plus à la recherche d’une activité intense en pêchant des poissons de tailles moyennes en nombre plutôt qu’à la recherche de grosses prises. Pour être totalement honnête, je ne suis pas du tout patient. J’ai besoin que mes cannes bougent régulièrement pour m’amuser. Sans surprise je n’ai jamais fait de gros poisson en mer autrement qu’en bateau.

Ma plus grosse prise en surfcasting est une dorade de 1.2kg (je ne compte pas les congres). Il faut dire que je pêche surtout la nuit sur des secteurs peu fréquentés par les gros poissons à ces heures-là et que je ne pratique quasiment jamais les coups de mer. Malgré tout je ne désespère pas de prendre plus gros sur un coup de chance mais il y a bien peu de probabilité que je sache avec précision quelle sera le poids de la prise car je refuse de prélever les meilleurs reproducteurs. Comme je le faisais déjà en bateau, je relâcherai mes prises de tailles rares.

Mon record en eau douce est une carpe de 10.5kg. Ce n'est pas énorme non plus. La plus grosse pêche de ma vie a été réalisée en pêche au coup et totalise 154 poissons en 8h de pêche pour un poids total dépassant légèrement 103kg.

Combien as-tu de cannes à pêche ?

(mis à jour le 30/05/2020)

Cette question me surprend un peu et pourtant elle semble intriguer un bon nombre de lecteurs car elle revient souvent dans les questions que je reçois.

Je fais parti des gens qui gardent tout depuis plus de 20 ans... En bref, pour répondre à la question je possède environ 108 cannes :

  • 94 cannes de pêche en eau douce (coup, truite, anglaise, bolo, quiver, carpe, leurre,...)
  • 23 cannes de pêche en mer
    • 14 cannes de surf lourd (puissance 250g)
    • 3 cannes de surf mi-lourd (puissance 180g)
    • 3 cannes de surf léger
    • 1 canne courte de pêche à soutenir en bateau
    • 1 canne à leurres
    • 1 canne d'eging

Quel est ton matériel ? Décris-nous le.

(mis à jour le 30/05/2020)

Je ne parlerai ici que du matériel de pêche en surfcasting sinon je crains d'ennuyer tout le monde...

Surfcasting léger

  • 3 cannes Mitchell Méditerranée 30-110g avec 2 scions de puissances différentes. J'utilise ces cannes en digue et pour pêcher la bordure en plage. Très légères, sensibles et très permissives, elles pardonnent les erreurs de ferrage ou de réglage du frein. Les cannes modernes de beach ledgering ne font pas beaucoup mieux.

Surfcasting mi-lourd

  • 3 cannes Mitchell Pro Competition. Modèle qui a très bien marché en Italie mais n'a pas vraiment trouvé son public en France et pourtant ce sont des cannes formidables. Très polyvalentes, elles sont capables de lancer 50g comme 130, leur limite réelle se situant a 150g. Dotées d'un scion très fin et sensible en carbone plein, je les utilise pour la pêche du muge doré et la pêche au couteau ou au crabe sans écureuil (le scion étant très sensible). Canne semi-parabolique qui encaisse facilement les gros rushs. Un très bon modèle pour le surfcaster assidu en méditerranée l'été.

Surfcasting lourd

  • 2 cannes Colmic Zero Sever F1 4m30. Ces cannes ont pendant longtemps été mes préférées, je les ai traitées comme des bijoux. Elles sont à la fois légères, bonne lanceuses, et offrent une détection de touche plutôt bonne. Je pêche avec par tous les temps mais elles ne conviennent pas vraiment à la pêche du mulet en bordure (trop raide, je perds souvent des poissons par leur manque de souplesse). J'en possédais trois mais la dernière est cassée.
  • 3 cannes Yuki Orata TRT 4m50. Celles-ci sont devenues mes nouveaux joujous de prédilection et c'est une surprise car je n'avais plus confiance en Yuki depuis les problèmes que j'ai eu avec mon chariot. L'Orata TRT a tout de l'arme ultime pour la Méditerranée. Elle est très sensible, fine, légère et est équipée d'un scion hybride qui me semble plus long que la moyenne. La détection des touches est excellente et le blank conserve une réserve de puissance exploitable au lancer et en combat. Avec ses anneaux titanes c'est un vrai bijou.
  • 2 cannes Grauvel Teklon Competition 2 4m50. Ma canne favorite pour lancer des plombs de 150g et plus. Cette canne puissante est une formidable lanceuse mais elle demande une certain technique pour l'exploiter. Je manque encore un peu de puissance pour l'exploiter pleinement mais j'y travaille.
  • 2 cannes Grauvel Teklon Surf One 4m50. Il s'agit d'une Teklon Competition équipée d'un scion porte buscles et de trois pointes en fibre de verre. Attention, il ne s'agit pas de buscles pour la pêche fine mais bien de pointes robustes destinées aux pêches lourdes. Ces cannes allient puissance et grande capacité de détection.
  • 2 cannes Grauvel Teklon Advantage 4m50. Légèrement différentes des deux modèles précédents, les Advantages sont équipées d'anneaux KW surdimensionnés. Je possède également tous les accessoires : scion hybride et scion buscles lourds.
  • 2 cannes Diamond Vanadium 4m50. De formidables cannes de lancer, aussi bien pour s'entrainer que pour pêcher.
  • 1 canne Akios AirSpeed Surf 4m35. Canne surprenante, à la fois nerveuse et relativement sensible, la Airspeed est une belle réalisation à prix raisonnable. Je l'utilise lorsque je m'attends à une mer un peu chargée car les plombs lourds ne lui font pas peur.

Moulinets

  • 5 Shimano MGS XSB avec un total de 23 bobines aluminium (la moitié sont d'origine). Inutile d'en faire la présentation, leur réputation n'est plus à faire.
  • 1 Shimano Power Aero XTA modèle japonais (Power Aero Spin Power). Excellent moulinet que je n'utilise plus pour l'instant.
  • 3 moulinets Sert Wide Cast pour la pêche en digue, mais la qualité est si médiocre que je ne les utilise plus...

Partager cet article

Repost0

Commenter cet article

M.B Toulouse 03/05/2018 10:47

Bonjour, Très Beau Blog.
J'ai appris sur toi beaucoup de chose.
Merci a bientot.@++

Jérémie 03/05/2018 14:17

J’écrirai cette année la FAQ de 2017-2018.

julien B 03/12/2017 08:25

Bonjour,
Merci beaucoup pour toutes ces informations, ton blog respire la passion, c'est une vraie mine d'or.
Comme toi je suis passione et j'adorerai partager une sortie en ta presence.
Je te souhaite une bonne continuation et d'excellente fetes de fin d'annnee.

Jérémie 03/12/2017 17:28

Merci beaucoup pour ton commentaire Julien.

Je pense organiser une ou deux sorties Blog cette année. Je posterai à l'avance un article avec le jour et le lieu où me retrouver. Ce sera probablement du coté de chez moi sur le secteur de la Grande Motte.

Vermersch Pascal 26/09/2017 13:54

Merci Jérémie, excellent travail ,et beau compte rendu de ton expérience que tu fais partager avec passion ,bravo:)

Jérémie 26/09/2017 15:57

Merci Pascal

MST FISHING 21/09/2017 17:10

Bravo très beau blog très agréable à lire et bel article.
Très interessant, vriament !
@ bientôt.

Jérémie 21/09/2017 23:47

Merci :)
D'autres articles sont en préparations et arriveront prochainement.

Johann 19/09/2017 11:51

Très bonne idée d'article Jerem, et le résultat est vraiment bien détaillé comme toujours... @+

Jérémie 19/09/2017 19:23

Et il va bientôt falloir que je commence à rédiger celui de l'année prochaine car les questions continuent d'arriver :)

GRILLON 18/09/2017 13:08

Article bien fait et très agréable à lire. Amitié

Jérémie 18/09/2017 13:34

Merci maître JM :)