Surfcasting Méditerranée

La Daurade Royale (Dorade Royale)

Emblématique de la côte méditerranéenne, la daurade royale est un poisson magnifique qui passionne les pêcheurs du bord de mer.

Source : ifremer.fr

Source : ifremer.fr

La Daurade royale (Dorade royale)

Nom scientifique : Sparus aurata   /   Taille légale de capture en Méditerranée : 23cm
Nom anglais : Gilthead seabream   /   Nom espagnol : Dorada

Poisson légendaire de la méditerranée, la daurade royale appartient à la grande famille des sparidés comme les pageots, les sars ou le marbré.

On l'appelle poétiquement "belle aux sourcils d'or" en raison de l'arceau doré qu'elle possède sur le museau au niveau des yeux. Sur la côte méditerranéenne, vous entendrez parler de "dodo" ou bien tout simplement de "dorade" car il n'est pas nécessaire de préciser qu'il s'agit de la daurade royale tant les autres espèces de dorades sont minoritaires. Notez que l'orthographe "daurade" avec "au" ne fait référence qu'à la daurade royale et ne s'applique pas aux dorades grises et roses. Par abus de langage vous trouverez souvent le terme "dorade royale" qui est admis mais est en réalité incorrect. On parle également de "médaillon" pour désigner les petites daurades (généralement inférieures à 20cm) et de "blanquette" pour désigner les jeunes daurades de moins de 30cm.

A l'instar des autres sparidés, la daurade royale vit en banc de quelques individus. Plus les daurades grandissent et moins les bancs comptent d'individus. Les spécimens les plus gros finissent par devenir solitaires.

Habituée de la zone côtière, la daurade royale évolue aisément à des profondeurs variées. On peut la rencontrer dans des eaux de plus de 30m de profondeur tout comme des plages et des étangs de faible profondeur. Opportuniste et chasseuse, la daurade se nourrit essentiellement de crustacés (crabes, crevettes) et de mollusques bivalves (moules, couteaux, tellines). Sa dentition particulière et sa puissante mâchoire broient aisément les carapaces et les coquilles de ses proies. Elle agrémente son régime de vers dévoilés par le courant des coups de mer (tempête) ou des estuaires lorsque l'occasion se présente. Les gros individus peuvent également s'attaquer aux oursins et aux conconbres de mer.

La daurade royale est hermaphrodite protandre. Elle commence sa vie en tant que mâle puis évolue femelle en grandissant. Les plus gros spécimens dépassent le poids de 7kg mais ceux-ci sont extrêmement rares sur la côte française.

Réputée pour sa chair blanche et ferme, la daurade royale est souvent qualifiée de poisson noble. Les amateurs prétendent toutefois que les gros individus sont un peu moins savoureux et c'est aussi mon impression.

Signes distinctifs

  • Tête bombée couronnée d'un bandeau doré entre les deux yeux
  • Mâchoire très imposante sur les gros individus
  • Dentition caractéristique composée d'un grand nombre de molaires rondes et plates qui tapissent la bouche du poisson
  • Tache noire derrière les ouïes
  • Présence optionnel d'une tache jaune, orange à rouge sur l'opercule branchiale
  • Corps ovale aplati
Source : www.fishlovers.pl

Source : www.fishlovers.pl

Pêcher la Daurade royale (Dorade royale)

La daurade est une prise courante en pêche de bord de mer du mois de mai au mois d'octobre (voire jusqu'en novembre et décembre certaines saisons).

Il existe plusieurs techniques différentes pour pêcher la daurade royale et toutes impliquent de pêcher à fond ou à proximité du fond.

En bateau on privilégiera la pêche à soutenir ou la pêche à la pierre. La pêche au flotteur avec des crevettes ou des vers (dures rouges) fonctionne très bien dans les ports et les canaux en laissant dériver l'appât juste au dessus du fond.

La pêche à fond (dite pêche "à la calée") depuis les digues et les quais est sans doute la technique la plus populaire chez les amateurs de daurades. Un montage coulissant armé d'un hameçon forgé est recommandé. Les appâts les plus couramment utilisés sont les vers (américain, mouron, chalut), le bibi, les crustacés (crabe, crevette, machotte) et les mollusques (moule et couteau).

Le surfcasting lourd donne également d'excellent résultats sur les daurades. Déposez vos lignes au pied des bancs de sable (sur les tombants) pour maximiser vos chances de croiser un passage de daurades.

Les principaux appâts en surfcasting lourd sont les vers, les crabes et le couteau. On évite d'utiliser des appâts fragiles comme la crevette, la machotte ou la moule décortiquée qui peuvent éclater sous la pression d'un lancer puissant.

Les montages fixes à deux empiles sont parfaits pour la pêche au ver de sable, l'un des meilleurs vers pour la daurade. N'hésitez pas à monter quelques empiles avec des perles flottantes et des appâts aussi simples que la dure ou la demi-dure car les daurades se montrent très actives sur les perles flottantes et attaquent plus volontiers la perle que l'appât en lui-même.

Préférez un montage coulissant ou un montage avec plomb en potence pour les pêches à courte distance (moins de 100m) avec des appâts durs comme les mollusques entiers (avec coquilles), les crustacés ou les gros vers. Cela vous offrira un contact plus direct avec le poisson et donc une meilleure lisibilité des touches.

Partager cet article

Repost0