Surfcasting Méditerranée

24/06/18 - Avec un peu de patience

On connaît tous l'adage "tout vient à point à qui sait attendre" et pourtant je ne suis généralement pas très patient à la pêche.

Cette soirée qui partait très mal s'est finalement bien terminée après une (très) longue attente.

Voir le résultat de la session

La patience est une vertu qui porte toujours sa récompense avec elle.

Axel Oxenstiern, Réflexions et maximes (1645)

Cette saison 2018 est si instable que l'on ne sait plus où poser ses cannes ni quand pêcher pour augmenter ses chances.

Le temps change sans cesse, alternant soleil, pluie et vent. L'eau se réchauffe et se refroidit en un clin d’œil. L'activité des poissons change radicalement d'une semaine à l'autre si bien qu'aucun secteur ne semble donner de résultats suffisamment réguliers pour que l'on y prenne des repères.

Ce dimanche j'ai envie de sortir les cannes mais je ne sais clairement pas où aller. Les prévisions météo sont totalement contradictoires d'un site à l'autre. Certains annoncent un vent modéré à moins de 15km/h, d'autres annoncent des rafales à près de 60km/h dans la soirée. Par mesure de sécurité il me semble préférable de commencer à pêcher tôt pour éviter le vent.

J'ai bien envie de changer de secteur et de retourner pêcher à l'Espiguette mais les prévisions laissent penser que le vent y sera plus puissant qu'à Sète. De plus le parking de l'Espiguette n'est gratuit qu'à partir de 18h30 donc il me faudra payer l'entrée si je veux pêcher plus tôt. Finalement je décide de retourner une nouvelle fois à Sète. Pour changer de la plage des 3 Digues, ce soir je choisis de poser mes cannes sur la plage de la Baleine.

17h40 : J'arrive sur la plage que j'ai choisis et constate qu'il y a encore beaucoup de monde sur le sable. Il n'y a presque pas de baigneurs ce qui signifie que l'eau a dû se refroidir.

En face de moi est délimitée une zone de baignade mais les bouées me semblent si proche du bord que je crains de m’accrocher dedans en lançant. Je me décale donc d'une cinquantaine de mètres pour ne pas prendre de risque.

18h10 : Premier lancer avec une montage 2 empiles et deux morceaux de gros ver américain. Le plomb tombe au moins 20m plus loin que les bouées de la zone de baignade ce qui signifie que celle-ci est délimitée à seulement une centaine de mètres du bord. Mon intuition était donc bonne.

10 min plus tard mes deux autres lignes sont tendues elles aussi. L'une en montage 2 empiles avec des mini perles flottantes rouges et des dures rouges, l'autre en montage clippé avec un ver de sable.

L'attente commence et va être longue...

24/06/18 - Avec un peu de patience

20h : La mer est haute et la lune est sortie mais le lever de lune ne s'est pas accompagné de l'arrivée des poissons comme je l'espérais.

Chaque fois que j'inspecte mes lignes je trouve mes vers de sable et mes dures rouges dévorés. Les vers américains ne sont par contre pas touchés.

J'ai d'abord pensé aux crabes mais le fait que les vers américains ne soient pas attaqués me laisse un peu perplexe. De plus le fil n'est pas endommagé.

Après un temps de réflexion je me suis souvenu que le secteur est peuplé d'escargots qui sont capables de nettoyer les hameçons en un temps record. Voilà qui expliquerait la disparition de mes appâts.

24/06/18 - Avec un peu de patience
24/06/18 - Avec un peu de patience

21h : Première touche de la soirée. Enfin !

Après 3h de pêche sans la moindre activité voilà de quoi me redonner un peu espoir. La touche est timide, je me doute que le poisson sera petit.

Je prends la canne en main et ferre dans le vide. Je la repose 5min pour voir si le poisson revient puis récupère la ligne pour l'inspecter. Au bout je trouve un petit pagre d'environ 16cm.

24/06/18 - Avec un peu de patience

22h15 : Première dorade de la soirée mais elle ne mesure que 22cm. Comme elle est piquée au bord de la gueule, je la décroche proprement et la relâche.

24/06/18 - Avec un peu de patience
24/06/18 - Avec un peu de patience

22h50 : La ligne au ver de sable sur le montage clippé marque la touche par une tape franche. J'attends quelques secondes, le scion s'agite de nouveau et tente alors de ferrer. Le poisson est au bout.

Au même instant ma canne de droite marque elle aussi la touche et celle-ci est plus énergique. Je fais le choix de remonter complètement la ligne que j'ai en main et de tenter de ferrer l'autre touche une fois que le premier poisson sera au sec.

Je remonte au final une dorade de 27cm. Il n'y a rien au bout de l'autre ligne, les vers américains sont en lambeaux.

24/06/18 - Avec un peu de patience

22h55 : Dorade de 21cm prise au ver de sable.

24/06/18 - Avec un peu de patience

23h30 : Touche sur les vers américains mais je la rate. Sur la ligne d'à côté je remonte un médaillon.

0h10 : Je relâche une dorade de 24cm mais quelques minutes plus tard la mer me la redépose sur le sable alors je la garde.

24/06/18 - Avec un peu de patience

1h45 : L'activité s'est interrompue brutalement après de petites touches que je n'ai pas réussi à ferrer. Je commence à rassembler un peu mes affaires en vue de plier doucement le matériel.

Ma canne au ver américain marque la touche. Je remonte un doublé de dorades de 23cm et 27cm. La petite repart à l'eau mais je garde la plus grande.

Je change les appâts, relance la ligne et repars m'occuper de ranger mes affaires. Moins d'une minute après le lancer la canne marque de nouveau la touche mais je rate le ferrage en oubliant de serrer le frein.

Je n'ai pas l'habitude de pêcher avec le frein desserré mais depuis que j'utilise des fils fins (14/100 et 16/100) j'essaye de m'y mettre pour éviter la mésaventure d'une casse au moment de la touche.

Pour le moment je n'ai pas encore le réflexe de serrer ma molette de frein ou de mettre la main sur la bobine avant de ferrer et je loupe plus de poissons qu'autre chose. Je décide donc de remettre à plus tard la pêche au frein desserré et je reprends mes habitudes pour assurer les prises.

Je n'ai plus de ver de sable en stock. Comme le ver américain est le seul qui fonctionne, je monte ma ligne clippé avec le même appât et plie la canne qui porte la ligne 2 empiles au ver de sable.

24/06/18 - Avec un peu de patience

2h40 : Je détourne le regard de mes cannes seulement une poignée de seconde pour jeter un coup d’œil à mon stock de vers américains. En relevant la tête je remarque que ma canne avec montage clippé vibre légèrement et s'est redressée. Je me précipite dessus et tente de tendre la ligne pour ferrer mais je comprends très vite que j'ai été cassé à la touche.

Le sort s'acharne ! Quand mon frein est desserré je rate les touches et quand je serre mon frein la ligne se fait arracher. Je n'ai vraiment pas de chance.

2h50 : Je prends une autre dorade de 27cm au ver américain.

24/06/18 - Avec un peu de patience

3h05 : Je remonte un autre doublé de dorades. La petite de 21 retourne à l'eau sans problème et je garde celle de 27cm.

24/06/18 - Avec un peu de patience

Je n'ai plus de vers américain. J'essaye un bibi et un bout de couteau. Moins de 2min après le lancer la touche se produit sur le bibi. Je ne m'attendais pas à ce que cela soit aussi rapide. J'étais en train d'écailler mes poissons et j'arrive trop tard sur la canne, je rate la touche.

Mes autres tentatives au bibi se solderont de la même manière. J'ai enregistré deux autres touches sans parvenir à piquer le poisson.

4h15 : Il se fait tard alors je plie la dernière canne et prends le chemin du retour.

Une fois rentré à la maison j'ai inspecté le fil en 14.8/100 et me suis rendu compte qu'il était anormalement cassant. En effet, la bobine que j'ai en réserve est bien plus résistante et cela prouve que le fil a été endommagé par le soleil et qu'il est bon à jeter.

Résultat final

11 poissons enregistrés dont 5 conservés

  • 10 Dorades
      • 5 conservées : 24cm et 4x27cm
      • 5 relâchées : 2x21, 2x22, 23
    • 1 Pagre
      • 1 relâché : 16cm

    Partager cet article

    Repost0

    Commenter cet article