Surfcasting Méditerranée

25/07/20 - Retour à La Grande Motte

Cette sortie marque ma première de l'année sur les plages de la Grande Motte, secteur que je pêchais très souvent ces dernières années.

Voir le résultat de la session

Voir le résumé des conditions de pêche

Nous sommes bientôt au mois d’Août et je n'ai pas encore planté mes piques une seule fois sur les plages du Grand Travers à la Grande Motte.

C'est assez inhabituel pour moi qui pêche beaucoup ce secteur en temps normal. Il faut dire que la saison 2019 m'avait totalement découragé à pêcher sur ces plages tant la quantité de daurades juvéniles y était importante. C'est bien simple, les petites étaient si nombreuses et voraces que la pêche était quasiment devenue impossible avec mes appâts favoris (ver de sable et couteau). J'avais été contraint de changer de secteur et boucler ma saison de pêche prématurément.

Ce soir, mes amis Cyril, Fabio et Yacine ont prévu de sortir pêcher au Grand Travers alors je suis le mouvement. C'est l'occasion de refaire un essai sur ce secteur que j'aimais énormément avant 2019.
Le vent est de la partie (histoire de me taper un peu sur les nerfs). Il souffle à 30km/h et nous vient du Sud-Sud Ouest, c'est à dire un vent marin en diagonal à notre droite.

J'arrive sur le poste à 19h15. Il y a encore du monde sur la plage mais les baigneurs sont rares car l'eau n'est pas très chaude (la température est retombée à 19°). J'installe tranquillement mon matériel en attendant que les derniers baigneurs quittent la mer.

J'ai choisi de pêcher avec mes deux Diamond Vanadium et une Teklon Surf One. La sélection d'appât est réduite à un seau de vers de sable et une boite de bibis asiatiques taille M que j'ai récupérée chez mon camarade Flavien au magasin "La Dorade" (Carnon, 34). J'ai aussi trois coques sorties de mon congélateur (ça peut toujours dépanner).

20h10 : La session de pêche démarre alors que la lune est encore haute. Selon la théorie solunaire, c'est un moment d'activité important, d'autant plus qu'il précède ici le coucher de soleil.

25/07/20 - Retour à La Grande Motte25/07/20 - Retour à La Grande Motte

La première heure de pêche est très (trop) calme. Il n'y a pas de touche mais mes appâts apparaissent dévorés à chaque fois que je remonte mes lignes.

21h35 : Ma canne centrale avec la ligne la plus lourde (plomb de 150g) marque une très grosse touche sur un ver de sable. Je ferre le poisson avec souplesse car il a déjà mis la canne en tension. Immédiatement celui-ci entreprend un gros rush qui me pousse à libérer le frein. Je pêche en effet trop fin pour tenter de brider le poisson. Manque de chance, malgré le frein desserré je perds ma prise après une petite poignée de secondes.

Au-delà de la déception c'est surtout l'incompréhension et le doute qui s'installent dans mon esprit : encore un poisson décroché ! Si l'on compte tous ceux perdus la semaine passée alors cela commence à faire beaucoup de poissons manqués.

En inspectant mon montage je découvre que le poisson a en réalité cassé mon hameçon Sasame Wormer n°5. Dans un sens, je suis presque rassuré qu'il ne se soit pas seulement décroché.

25/07/20 - Retour à La Grande Motte

22h20 : Je viens d'attraper mes quatre premières prises en l'espace de 5min. Les deux dernières ont d'ailleurs mordu sur le même montage à deux empiles.

Ce sont des petites daurades de 24cm qui ont toutes été remises à l'eau.

25/07/20 - Retour à La Grande Motte25/07/20 - Retour à La Grande Motte25/07/20 - Retour à La Grande Motte

22h45 : Je remonte trois poissons de plus, Ce sont deux daurades de 23cm et une 28cm prises au bibi et au ver de sable.
Là encore, ce n'est pas bien gros mais en comparaison de l'année dernière c'est infiniment mieux.

25/07/20 - Retour à La Grande Motte25/07/20 - Retour à La Grande Motte25/07/20 - Retour à La Grande Motte

Les empiles s'emmêlent régulièrement. La faute revient à un petit courant changeant particulièrement capricieux aux abords du banc de sable.

23h20 : J'ajoute une daurade de 26cm à mon compteur de la soirée, prise au ver de sable.

Je décroche le poisson et le relâche en vitesse sans même prendre une photo car j'ai eu une belle touche au bibi pendant que je remontais la daurade.

La canne ne bouge plus, la ligne est légèrement détendue. Je tente ma chance et ferre... dans le vide. Ne pouvant pas tout faire à la fois, j'ai raté la touche.

Ce n'est pas grave, je laisse reposer la ligne sans vérifier les appâts et pars recharger ma ligne au ver de sable. Le temps de relancer la Vanadium, je vois de nouveau la Surf One marquer la touche au bibi.

Cette fois-ci le poisson est au bout mais c'est encore une petite daurade de seulement 23cm. Retour à la mer pour elle aussi.

23h35 : Je capture une daurade de 25cm au ver de sable juste après avoir relancé ma troisième canne. La touche s'est produite dans la minute qui a suivi le lancer.

25/07/20 - Retour à La Grande Motte25/07/20 - Retour à La Grande Motte

23h40 : La canne au bibi marque de nouveau la touche. J'ai posé ma ligne à tout juste 80m du bord, dans la cuvette au pied du banc de sable. C'est une daurade de 32cm.

25/07/20 - Retour à La Grande Motte25/07/20 - Retour à La Grande Motte

23h45 : J'attrape mon premier marbré de la soirée. C'est un petit de 21cm qui repart à l'eau immédiatement.

25/07/20 - Retour à La Grande Motte

0h20 : Une daurade de 26cm prise au ver de sable rejoint mon seau à poisson. Elle n'est pas parvenue à repartir, j'ai été contraint de la conserver.

L'activité se calme un peu, j'en profite pour aller voir ce qu'il se passe chez mes camarades.
Cyril et Fabio font un peu le même constat que moi : il est difficile de prendre un poisson de plus de 25cm ce soir et je dois presque m'estimer heureux d'avoir pris un poisson de 32cm. Yacine est fatigué et ne pêche pas avec grande attention, d'ailleurs il n'a sorti qu'une seule canne.

0h40 : Le courant est en train de se calmer, les lignes s'emmêlent beaucoup moins.

1h10 : Je suis en train d'enfiler un ver de sable sur l'aiguille quand soudainement le fil de ma première Vanadium se détend et la canne se retourne sur la pique.

Je laisse tomber le ver et l'aiguille pour me précipiter sur la canne. J'en suis certain, une touche comme ça est la signature d'un gros marbré ! Je mouline donc rapidement pour retendre la bannière mais au bout de 30 tours de manivelle je commence à me demander si le fil ne serait pas sectionné...

Au 40ème tour de manivelle je finis par sentir un poisson au bout de la ligne : un petit marbré de 21cm (comme le précédent). Il devait être en très grande forme car il a réussi à traîner un plomb de 150g sur près de 40m. Je suis stupéfait.

25/07/20 - Retour à La Grande Motte

1h50 : Cela fait un peu plus d'une heure que je ramène régulièrement ma ligne au bibi de quelques mètres pour prospecter la zone. Je suis à présent à une cinquantaine de mètres du bord seulement et il serait temps d'inspecter les appâts car celle-ci n'a pas bougé depuis un bon moment.

Au moment où je prends contact avec mon plomb, je subis une grosse secousse dans le bras et la ligne part à vive allure sur la droite en longeant la plage. Les coups de tête sont puissants mais le poisson parvient à se décrocher avant même que je n'ai le temps de réaliser ce qu'il était en train de se passer. J'ai été surpris et n'ai pas correctement ferré.

2h15 : J'ai une belle touche au ver de sable mais là encore le combat tourne court. Le fil de l'empile a cassé, libérant l'hameçon de sa boucle. J'ai vraiment la poisse cette année...

25/07/20 - Retour à La Grande Motte

3h05 : Nouvelle casse pendant le combat. Mon empile a cédé mais il faut dire qu'elle était franchement fatiguée. Je n'ai pas pris la peine de la remplacer dans la mesure où j'envisageais de ranger le matériel après avoir terminé les vers qu'il me restait.

C'est loin d'être la première fois cette année que je suis confronté à cette situation : Dans le but de finir mes appâts, je réalise mes derniers coups de ligne avec des empiles qui ont pêché toute la soirée et présentent des signes de faiblesse. C'est là qu'un joli poisson se présente et casse mon fil sans difficulté.

25/07/20 - Retour à La Grande Motte

3h15 : Je ne pêche plus qu'à deux cannes. Ma troisième ligne étant hors service, j'ai déjà rangé le matériel.
Sur la ligne au ver de sable je pique une daurade de 24cm.

25/07/20 - Retour à La Grande Motte

3h45 : Les petites daurades sont toujours active, en voilà une de plus de 23cm.

5min plus tard, une daurade de 27cm est remontée sur un ver de sable.

25/07/20 - Retour à La Grande Motte25/07/20 - Retour à La Grande Motte

4h10 : Je remonte ma dernière ligne et trouve une petite daurade de 22cm piquée au bord de la lèvre sur un ver de sable.

25/07/20 - Retour à La Grande Motte

Ce dernier poisson remis à l'eau marque la fin de la session. Le vent, qui s'était calmé depuis 1h, est en train de reprendre. C'est l'heure de rentrer.

Une fois de plus, le bilan de la soirée est mitigé. Il y a eu de l'activité et la présence de beaux poissons mais je suis encore passé à côté des plus belles prises.
En commettant des erreurs évidentes, comme un mauvais ferrage ou bien encore le refus de changer mes empiles par paresse, je me suis privé d'un résultat plus favorable.

Résultat final

18 poissons enregistrés.

  • 16 Daurades : 22, 4x23, 5x24, 25, 2x26, 27, 28 et 32cm
  • 2 Marbrés : 2x21cm

Résumé des conditions de pêche

Marée Basse mer vers 18h45
Haute mer vers 1h30
Coefficient haut (77)
Soleil Coucher de soleil vers 21h10
Lune Nouvelle lune +5 jours
Lune haute à 18h
Coucher de lune à 0h15
Périodes solunaires 18h - 20h : Transit lunaire (la lune est au plus haut)
0h15 - 1h15 : Coucher de lune
Ciel Dégagé, peu de nuages
Températures Eau : 19°C
Air : 29°C
Vent Vent modéré qui a totalement cessé en fin de partie de pêche.
Houle Faible houle
Courant Courant d'ouest en début de soirée.
Les appâts Ver de sable de pays : meilleur résultat
Bibi : résultat moyen

Partager cet article

Repost0

Commenter cet article

franc11 19/08/2020 17:22

hello Jérémie,
le fait de monter l'hameçon sur boucle n'augmente t-il pas le risque de casse par morsure?, a mon avis oui car d'un simple fil on passe a deux donc sa offre une amplitude qui occsionne la casse.

Jérémie 19/08/2020 20:28

Ça augmente le risque de casse à l’arrachement, la boucle peut s’ouvrir en deux mais généralement ça casse au noeud en premier.

Herve 16/08/2020 22:43

re bonsoir
merci pour tes réponses la boucle pour l’hameçon c'est une simple boucle qu'on fait avec un nœud tout simple ou il y a une astuce ? d'ac pour ton diamètre de fil mais pour ma part j'ai pas beaucoup d’expérience en méditerranée un peu plus sur l’océan et j'ai déjà pris des marbrés de10 12 cm avec des bas de lignes en 30 centièmes et des hameçons de 2 fort de fer je pensais éviter ce type de petits poissons mais cela n'a pas été le cas d'ou ma question sur tes diamètres

Jérémie 16/08/2020 23:54

En Méditerranée nous avons peu de courant, surtout chez moi. Il est rare d’avoir à pêcher épais pour faire face aux conditions climatiques (hors coups de mer).
Du coup, on privilégie un diamètre de fil offrant un bon compromis entre souplesse et résistance Aux agressions tout en te laissant une chance de ramener une ligne fine sans te la faire arracher à chaque beau poisson.

La plupart de nos empiles sont faites de fil de 20 à 25/100. Il arrive de pêcher plus gros sur de gros poisson appâts ou en présence de courant.

Herve 16/08/2020 22:01

bonsoir jeremie
petite question pourquoi attacher l'hamecon avec une boucle ? pour escher les vers de sable ? je suis tes aventures de casse et je me pose la question de pourquoi tu pèches si fin ? pour la distance ou pour la discrétion ? ne penses tu pas que tu devrais augmenter un peu la taille de ton fil ? a plus

Jérémie 16/08/2020 22:14

Salut Hervé.

Le système de la boucle est une astuce utile pour les vers de sable.
Cela facilite le passage et le retrait du ver ainsi que son maintient sur le fil.

Je pêche déjà en empile de 22 à 26, pêcher plus gros n’aurait aucune sens sur de petits appâts fins comme des vers, d’autant plus que mon moulinet est garni de 14/100.

La plupart des casses je j’ai expérimentées se sont produites par écrasement du fil (sûrement sur la mâchoire) ou casse de l’hameçon. Il n’y a pas grand chose à faire dans ces conditions.

Beaucoup de pêcheurs me disent que ça ne leur arrive jamais, mais aucun n’a pu affirmer pêcher dans les mêmes conditions que les miennes ni même parvenir à générer autant de touches.

On n’a rien sans rien. Quand on prend des risques on est souvent récompensé par la quantité de touches que l’on obtient mais on doit aussi accepter de perdre quelques combats.