Surfcasting Méditerranée

14/07/18 - Feu d'artifice de dorades

Il parait que les feux d'artifice du 14 juillets étaient magnifiques... je n'ai pas eu le temps de les voir.

Le changement récent de climat et le gros coefficient de marée de la nouvelle lune ont enfin apporté l'activité que l'on attendait tous depuis le début d'année.

Voir le résultat de la session

"Chéri, si on allait faire un pique-nique sur une plage pour voir les feux d'artifice du 14 juillet ?"

Cette phrase anodine pour le commun des mortels résonne fortement dans la tête d'un pêcheur en surfcasting. Il sent progressivement monter la fièvre car dans dans son lexique, le mot "plage" est synonyme de "pêche".

La fièvre est d'autant plus importante pour moi qui n'éprouve rien de spécial à la vue d'un feu d'artifice, qui a pris un beau poisson sur le secteur deux jours plus tôt et à qui il reste des appâts.

Je fais l'inventaire de mes appâts dans l'après-midi avant de partir faire un peu de shopping. 3 couteaux, 3 vers américains, 4 dures rouges, 1 ver de chalut que je garde dans un seau avec bulleur depuis onze mois dans une cave à vin et deux boîtes de vers de sable que j'ai placé dans un second seau. En bref, tout pêcheur régulier conviendra que mon stock est tout juste suffisant pour pêcher un soir quelconque mais qu'il ne suffit pas pour assurer lors d'une bonne soirée. Un détour s'impose pour prendre une boîte de bibis et des demi-dures.

19h45 : J'arrive sur place, les parkings qui bordent les premiers accès aux plages sont presque pleins. Il y a bien une place ou deux mais nous sommes venus à deux voitures pour que Madame puisse rentrer plus tôt sans me contraindre à plier le matériel prématurément.

Après 10min à chercher une place, nous trouvons à nous garer à 200m de l'accès à la plage où j'ai rendez-vous avec mes acolytes du jours : Hedi, Hamadi, Guillaume et Johann. Tirer le chariot sur 200m de plus ne m'enchante pas, je râle (ma spécialité), je peste, je suis soudainement de mauvaise humeur et rien ne semble pouvoir me calmer.

Pêcher à plusieurs n'est pas seulement un plaisir, c'est surtout un gage d'efficacité car en pêchant à différentes distances et avec différents appâts ou montages nous augmentons nos chances de trouver le poisson. Guillaume est en train de s'installer, Hedi et Hamadi s’apprêtent à en faire de même. Nous attendons l'arrivée de Johann en dépliant le matériel. Je m'installe entre deux groupes de baigneurs en espérant qu'ils ne restent pas trop longtemps dans l'eau.

20h20 : Je suis en place avec ma ligne à mulets tendue à 50m du bord avec des demi-dures. Hedi et Hamadi eux aussi sont installés. Hedi à propulsé ses lignes au loin avec énergie pendant qu'Hamadi pêche au bord.

Johann arrive alors que je suis en train de m'installer. Je monte deux autres cannes pour la dorade : une seconde Yuki Orata TRT pour pêcher au couteau et bibi à 100m et une Colmic 07F1 pour pêcher au ver de sable à longue distance.

14/07/18 - Feu d'artifice de dorades14/07/18 - Feu d'artifice de dorades

21h15 : Guillaume nous annonce qu'il a remonté une dorade de 35cm, elles sont donc sur le secteur et c'est une bonne nouvelle.

Après quelques tentatives infructueuses à 50m j'ai relancé ma ligne à mulets dans la bande des 80m, pas très loin du pied du banc de sable. La première touche se produit dans les 5 minutes qui suivent. C'est un joli chinchard de 28cm pris à la demi-dure. Le terme "joli" peut vous surprendre si vous pêchez en bateau ou en plage sur la côte d'azur mais dans le Languedoc les gros chinchards sont très rares en plage.

21h25 : Je remonte ma première dorade prise au ver de sable. Elle n'est pas énorme avec ses 25.5cm mais il m'en faut une seconde pour accompagner celle que j'ai encore au frigo alors je la garde.

21h30 : Je viens à peine de décrocher la dorade et de relancer la ligne que la ligne de bordure marque une nouvelle touche. C'est un chinchard de 26cm.

Les mulets ne sont pas là mais les chinchards sont de taille correcte alors je poursuis un peu la pêche des chinchards.

21h40 : Une grosse touche sur l'Orata TRT qui porte un couteau et un bibi me pousse à me précipiter sur la canne. Au ferrage je sens qu'il y a du poids au bout de la ligne mais je ne peux pas dire que le poisson se batte beaucoup.

Les coups de tête semblent timides par rapport à la masse que je remonte alors je comprends très vite que j'ai piqué un doublé. Effectivement, c'est un doublé de dorades de 31.5cm (sur le couteau) et 33cm (sur le bibi).

La soirée commence plutôt bien.

14/07/18 - Feu d'artifice de dorades

21h55 : Nouvelle touche sur la ligne à mulets et c'est encore un chinchard mais ses 22cm m'encouragent à le relâcher d'autant plus qu'il est piqué au bord de la lèvre.

22h : Je remonte un doublé au de dorades 27.5cm et 29cm prises au ver de sable.

14/07/18 - Feu d'artifice de dorades

22h25 : Quatrième chinchard pris à la demi-dure sur perle flottante. Là aussi ses 21cm me poussent à le relâcher.

La prise de ce second chinchard de petite taille ne me donne pas envie de poursuivre la pêche de bordure car je crains d'en prendre d'autre de taille semblable. Je démonte alors la ligne 3-empiles flottantes de bordure pour la remplacer par une ligne 2-empiles avec mini-perles flottantes rouges fluo et des tronçons de ver américains.

22h30 : Je remonte une seconde dorade de 25.5cm prise au ver de sable. Je n'ai pas vraiment vu la touche, j'ai plutôt eu une sorte d'intuition ou de doute qui m'a donné envie de vérifier ma ligne.

22h50 : Une nouvelle dorade de 23cm prise au ver de sable est remontée puis relâchée elle aussi.

23h20 :  La encore je n'ai pas eu de touche franche mais un petit tremblement sans suite qui m'a laissé perplexe. En remontant la ligne je sens que ça pèse un peu et trouve un doublé de dorades de 24cm et 24cm piquées sur des vers de sable.

23h30 : Touche sur les vers américains. C'est encore une dorade de 25.5cm (la 3ème de la soirée exactement de la même taille pour l'instant).

14/07/18 - Feu d'artifice de dorades

23h50 :  Cela fait 20min que j'ai relancé ma ligne au ver américain que je trouve une dorade de 23cm pendue au bout. Bien piquée, je l'ai relâchée sans encombre.

14/07/18 - Feu d'artifice de dorades

0h40 : L'activité a un peu diminué, sans doute parce que la marée descend depuis déjà un certain temps. Une touche se produit sur la ligne au ver américain et c'est une dorade de 27.5cm qui est au bout. Dans la foulé je ferre un poisson sur la ligne au ver de sable qui se bat bien mais se décroche à 5m du bord au bord en ayant tordu mon hameçon Sasame Wormer n°5.

Comme la mer est basse, le passage de la bordure devient un peu compliqué. Les poissons ont le ventre qui traîne et c'est dans ces circonstances là qu'on les perd.

Les deux perles flottantes de ma ligne aux vers américains sont croquées, coupées en deux dans la longueur. Il semble qu'elles aient attiré l'attention des poissons.

14/07/18 - Feu d'artifice de dorades

Il ne me reste plus assez de ver américain pour charger deux hameçons et je commence même à manquer d'appâts dans mes boites. J'utilise mon dernier bout de ver américain sur un hameçon et je charge le second avec des restes de peau de bibi que j'avais mises de coté (ça peut toujours servir, la preuve).

1h10 : Je remonte un doublé de dorades 22cm à la peau de bibi et 29cm au ver américain. La petite dorade repart à l'eau très facilement tout en me prouvant que mes peaux de bibis peuvent marcher !

La dorade de 29cm est prise de manière originale : piquée par la joue.

Je remplace le ver américain par une dure rouge et garde le bout de peau de bibi dont l'état est jugé convenable.

14/07/18 - Feu d'artifice de dorades14/07/18 - Feu d'artifice de dorades

1h25 : Un poisson est au bout de la ligne au ver de sable. C'est une dorade de 28cm qui n'a pas marqué de touche. Là encore, le réflexe de vérifier mes lignes toutes les 5-10min s'est montré payant. Sur la ligne couteau-bibi, un sar de 19cm s'est emparé de mon couteau.

Mes réserves d'appât pour les lignes de fond diminuent à vue d’œil. Il ne me reste plus que 5 bibis, un reste de couteau, 4 dures rouges et mon ver de chalut que j'hésite à utiliser. Je n'ai plus de ver américain et je viens de découvrir que je n'ai plus non plus de ver de sable.

Je suis totalement stupéfait de n'avoir trouvé que 5 ou 6 vers de sable dans mon seau car j'y ai versé 2 boites pleines soit théoriquement 12 à 15 vers. En cherchant bien j'ai fini par trouver quelques restes de vers qui m'ont permis ce comprendre ce qui s'était passé : ils se sont dévorés les uns les autres ! Ce n'est pas la première fois que cela arrive avec les vers du commerce provenant d'Espagne. Dernièrement ils avaient dévoré plusieurs bibis alors que la cohabitation avec des vers de pays (vers ramassés dans la région) s'était très bien passé pendant plusieurs semaines.

3h : J'ai passé la dernière heure à écailler soigneusement mes poissons sans trop prêter attention aux lignes. Les cannes n'ont pas bougé et après l'écaillage je décide de plier le matériel.

En remontant ma ligne bibi-couteau je sens qu'il y a un beau poisson au bout. Le combat démarre et il semble bel et bien gagné pour moi mais c'était sans compter la marée basse. Encore une fois je perds le poisson à 5m du bord sur une casse de mon empile en fil de 25/100. Il s'agit de l'empile qui portait un bout de couteau comme appât.

3h20 : En remontant ma dernière ligne je trouve une dorade de 24cm prise à la peau de bibi. Je la relâche et prends le chemin du retour après avoir rangé la canne.

Résultat final

21 poissons enregistrés dont 14 conservés

  • 16 Dorades
      • 12 conservées : 2x24, 3x25.5, 2x27.5, 28, 2x29, 31.5 et 33cm
      • 4 relâchées : 22, 2x23, 24cm
    • 4 Chinchards
      • 2 conservés : 26cm et 28cm
      • 2 relâchés : 21cm et 22cm
    • 1 Sar
      • 1 relâché : 19cm
    14/07/18 - Feu d'artifice de dorades

    Partager cet article

    Repost0

    Commenter cet article

    Le corse 17/07/2018 16:12

    Ça c’est une belle soirée bravo couteau farcie à la moule made un corsica essaye tu verras

    Jérémie 18/07/2018 23:42

    Comment tu procèdes ? Généralement je pêche au couteau décortiqué donc je ne vois pas comment le farcir.

    franc 17/07/2018 11:39

    bonjour a tous,
    belle pêche Jérémie et un commentaire nickel qui fait que l'on vit cette soirée en replay.
    au niveau des appâts certains ne sont jamais cités tels palourdes,coques rouge,moules exc.. c qu'ils ne sont pas bons pour la pêche en plage ?.

    Jérémie 17/07/2018 11:49

    Les coques sont des appâts que l’on utilise surtout pour pêcher par coup de mer car leur chair ferme tient beaucoup mieux.
    La moule est fastidieuse à utiliser en plage mais c’est un bon appât pour pêcher depuis les digues.
    Les autres coquillages comme les palourdes ou les amandes peuvent marcher mais ne sont pas aussi attractifs que le couteau.
    D’une manière générale on essaye de pêcher avec des coquillages présents sur la zone de pêche et là où je pêche les couteaux sont nombreux.