Surfcasting Méditerranée

15/04/17 - Spot impossible à pêcher

Je rentre tout juste d'une semaine passée à l'étranger et la fièvre du surfcasting s'est emparée de moi. Le temps a été magnifique toute la semaine pendant mon absence et mes amis m'ont envoyé des photos de leurs belles pêches, je sais que le poisson est en activité.

Manque de chance, un gros vent de nord-ouest a décidé de me gâcher la soirée. Direction un coin abrité de Palavas que j'avais délaissé après une sortie catastrophique où les crabes avaient rendu la pêche impossible.

Voir le résultat de la session

J'adore ce spot car il est facile d'accès, un peu abrité du vent et surtout car j'y ai réalisé mes plus grosses pêches depuis 2 ans.

Je m'installe vers 18:30 en attendant l'arrivée de mon ami Pierre. Je n'ai pris que des vers de sable avec moi mais Pierre arrive avec d'autres appâts (bibis, vers américains et couteaux).

Je lance mes lignes à l'eau mais rate un peu mon dernier lancer qui dévie sur la droite. À peine tombé à l'eau, la ligne est prise au fond et je suis contraint de casser. Même problème sur ma première canne, elle est prise au fond mais je parviens à la décrocher alors que j'essayais de casser. D'ailleurs cela m'a permis de me rendre compte à quel point le fil Colmic Former 18/100 est solide.

Je me souviens alors avoir eu le même problème de rochers le 31/10/16. C'est incompréhensible car le mois dernier je n'avais pas eu de soucis. Il faut croire que les rochers sont successivement découverts puis recouverts de sable par les coups de mer. 

À 19h30 une petite touche sur ma seconde canne se solde par la capture d'un beau rouget de 19cm aux magnifiques couleurs vives. Pris sur le coin de la lèvre, le poisson repart à l'eau sans difficulté.

15/04/17 - Spot impossible à pêcher

À 20h mon écureuil marque une touche franche. Au ferrage je sens immédiatement que je n'ai pas piqué un autre rouget. Le poisson se défend et je crains qu'il n'aille se cacher derrière un rocher. Ma crainte était bien fondée : la récupération s'interrompt brusquement. Impossible de ramener la ligne.

Un peu désespéré, je détends la ligne quelques secondes en espérant que le poisson essaye de prendre la fuite et sorte de l'obstacle. Coup de chance, la ruse fonctionne et je parviens à reprendre contact avec ma prise.

Sur le sable se présente à mes pieds une jolie dorade de 32cm. Elle n'est pas très grosse mais elle m'aura donné du mal.

15/04/17 - Spot impossible à pêcher

Entre 20h et 22h l'activité a été plutôt réduite. Je rate deux touches franches où j'ai ferré dans le vide.

De son côté Pierre à quelques touches et a pris sa première dorade. Il bataille lui aussi avec les rochers ce qui n'est pas très rassurant car il pêche bien plus près que moi et cela signifie que la plage est véritablement truffée d'obstacles.

Vers 23h mon écureuil dégringole et j'espère vivement que les marbrés soient enfin arrivés sur le coup. Le poisson est petit, il se bat peu. Je remonte au final un tout petit congre que je remets à l'eau immédiatement. Pierre a pris une seconde dorade puis une troisième quelques minutes plus tard.

0h10 : Pierre remarque que mon écureuil tombe lentement. Ce sera sans doute le dernier poisson de la soirée alors j'espère vraiment que c'est un marbré. Et bien non, c'est un pageot acarné de 23cm que je relâche.

15/04/17 - Spot impossible à pêcher

Le vent s'est renforcé et l'air est devenu frais (pour ne pas dire froid), l'activité est basse et je viens de casser une nouvelle fois alors je décide de plier.

La prochaine fois je retournerai sur un spot sans rocher...

Résultat final

  • 1 Dorade
    • 1 conservée : 32cm
  • 1 Rouget
    • 1 relâché : 19cm
  • 1 Congre
    • 1 relâché : environ 50cm
  • 1 Pageot acarné
    • 1 relâché : 23cm

Au fond de l'eau

Je suis finalement allé plonger sur le spot 3 jours plus tard pour repérer le fond et je n'ai pas été déçu de cette plongée car j'ai compris pourquoi on accrochait autant d'obstacles. D'ailleurs, en plongeant j'ai retrouvé une de mes lignes :)

Les zones de cailloux sont larges et se trouvent exactement à l'endroit où je lance mes lignes. Si je parvenais à lancer 15m plus loin, alors mon plomb tomberait sur le sable mais il resterait un grand risque de voir la bannière se prendre dans les cailloux.

Les crabes sont encore très présents sur la zone d'autant plus que les "champs" de cailloux sont autant d'abris pour échapper aux prédateurs comme les dorades.

En conclusion, je sais que ce spot est à éviter jusqu'à ce qu'un coup de mer vienne recouvrir les rochers de sable. Par contre, c'est un très bon endroit pour récolter les vers de sable en apnée.

 

Partager cet article

Repost0

Commenter cet article