Surfcasting Méditerranée

Montage coulissant

Le montage coulissant est véritablement emblématique de la Méditerranée. Simple et peu coûteux, ce montage ancestral est aussi entouré de croyances qui méritent quelques explications.

Montage méditerranéen

Le montage méditerranéen est le montage le plus simple qui soit : il s’agit tout simplement d’un montage coulissant avec un plomb percé (une olive le plus souvent) que l'on appelle également plomb "in-line".

Matériel nécessaire et réalisation

La confection du montage est très simple et demande très peu d’accessoires :

  • Un émerillon baril (rolling)
  • Une perle molle (optionnelle)
  • Un plomb percé

Enfilez votre plomb percé puis la perle molle et enfin nouez l’émerillon baril. Voilà, c’est aussi simple que ça.

La perle molle a pour objectif d’empêcher le plomb d’endommager le nœud de l’émerillon par écrasement ou par abrasion.

Il ne reste plus qu’à nouer un bas de ligne à l’émerillon pour terminer votre montage.

Montage coulissant

Intérêt de ce montage

Le principal intérêt de ce montage est son extrême simplicité qui ne demande aucun savoir-faire particulier ni de préparatif préalable. Il s'agit du montage idéal pour s'initier à la pêche en bord de mer et pour tout pêcheur occasionnel qui ne souhaite pas se compliquer la tâche.

Inutile de préparer des montages à l'avance, vous pourrez réaliser celui-ci directement sur le lieu de pêche en quelques secondes. Vous gagnerez aussi de la place dans vos bagages et pourrez voyager léger (aucune boite de montages à transporter).

En revanche, ce montage très basique ne convient pas à toutes les situations et tolère mal la présence de courant. La plupart des plombs percés "in-line" accrochent difficilement le sable et ne pourront jamais remplacer un plomb pyramide ou un grappin lorsque les conditions de mer se dégradent. 

Avantages Inconvénients
  • Très rapide à réaliser
  • Peu d'accessoires nécessaires
  • Très économique
  • Fiable
  • Changer de plomb demande de refaire le montage.
  • Aérodynamique peu optimisée impactant la distance de lancer.
  • Inadapté à la pêche par courant fort.

Montage sur coulisseau

Le coulisseau est un petit ustensile qui permet d’attacher un plomb à œillet au moyen d’une agrafe. Le plomb peut donc être changé à souhait sans couper la ligne.

Certains modèles de coulisseaux font également office d'anti-emmêleur ("anti-tangle" en anglais).

Matériel nécessaire et réalisation

  • Un émerillon baril (rolling)
  • Une perle molle (optionnelle)
  • Un coulisseau
  • Un plomb à œillet

L'assemblage du montage est enfantin : enfilez le coulisseau sur le fil provenant du moulinet, puis la perle molle et nouez ensuite l’émerillon baril. Terminez par raccorder un bas de ligne à l’émerillon. Il ne reste plus qu'à agrafer un plomb pour pouvoir pêcher.

Montage coulissant

Intérêt de ce montage

Ici aussi la simplicité du montage et la rapidité de réalisation sont deux gros points forts mais on y gagne également la liberté de changer de plomb en un clin d’œil grâce au coulisseau et son agrafe. Le pêcheur peut ainsi s’adapter très vite à un changement des conditions de pêche, sans devoir refaire son montage.

En autorisant l'usage de plombs à faible dérive comme le Sporten, le Tommy ou les pyramides, le montage sur coulisseau affronte plus aisément le courant que le montage méditerranéen in-line.

Le principal reproche que l'on puisse faire à ce montage est qu'il n'est pas vraiment adapté à la pêche à longue distance.

D'une part son aérodynamique mauvaise pénalise le vol et la distance de lancer, d'autre part beaucoup de coulisseaux en plastique ne sont pas assez robustes pour supporter un lancer à longue distance avec un plomb lourd (et c'est bien là le plus gros problème).

Tout ira bien pour vous si vous pêchez léger ou à courte distance depuis un ouvrage, mais soyez vigilant à la qualité du coulisseau si vous compter pêcher loin en plage. Préférez dans ce cas un modèle en métal doté d'une agrafe solide.

Avantages Inconvénients
  • Très rapide à réaliser
  • Peu d'accessoires nécessaires
  • Economique
  • Plomb interchangeable
  • S’emmêle peu
  • Les anti-tangles en plastique ne résistent pas aux lancers avec plombs lourds. Soit l’agrafe cède, soit c’est le tube de plastique qui casse.
  • Aérodynamique décevante, le coulisseau n’est pas l’idéal pour la pêche à longue distance (surtout les anti-tangles).
  • Certains coulisseaux ne sont absolument pas discrets (si vous ne jurez que par la discrétion alors choisissez bien vos accessoires).

Popularité du montage coulissant

Le montage coulissant est représenté dans de nombreuses pêches à fond. On le retrouve en eau douce, en bord de mer et aussi en bateau. Il s'agit d'un des montages les plus populaires, essentiellement pour des raisons pratiques, économiques et historiques.

Pratique : Le montage est très simple à réaliser, ce qui le rend facile d’accès aux débutants et aux pêcheurs occasionnels. Beaucoup de pêcheurs confirmés s’en contentent car le montage fonctionne bien et ne demande pas de préparation à l'avance.

Economique : Le montage coulissant est minimaliste. Il y a peu très d'accessoires et ceux-ci ne coutent pas cher.

Historique : Le montage au plomb coulissant est un montage très ancien que l’on trouve aussi bien en bord de mer qu’à la pêche au posé en eau douce. Il est donc très présent dans la culture du pêcheur, surtout des plus anciens.

Est-il plus efficace qu'un autre montage ?

Vous avez peut-être remarqué que je n'ai pas évoqué la notion d'efficacité dans le reste de l'article. C'est volontaire et il me semble d’ailleurs opportun de rétablir un peu la vérité parmi les croyances qui entourent le montage coulissant.

Comme évoqué précédemment, le montage coulissant doit sa popularité au simple fait qu'il est accessible au plus grand nombre (car facile et peu coûteux) et non parce que son efficacité est supérieure. Inutile de chercher plus loin que ça.

Il faut donc faire attention de ne pas confondre la popularité du montage avec ses propriétés techniques. Le grand nombre de témoignages relatant des prises faites sur un montage coulissant ne sont pas une preuve d’efficacité supérieure mais juste le reflet d’une utilisation très répandue (voire systématique) de ce montage dans votre entourage (beaucoup d’utilisateurs = beaucoup de témoignages).
En changeant de région ou de pays vous remarquerez que les pratiques sont différentes avec une utilisation majoritaire de montages à empiles et trainards. Les résultats obtenus avec ces montages qui ne coulissent pas sont excellents eux aussi. Il suffit d'observer les pêcheurs espagnols qui affectionnent particulièrement le montage URFE (trainard fixe sur tige inox) pour être convaincu que leur montage n'est certainement pas inférieur au montage coulissant.

Et le bénéfice du coulissement dans tout ça ?

L’une des croyances les plus tenaces est celle qui affirme que le montage coulissant permet au fil de circuler librement lors de la touche, sans qu’aucune résistance ne soit perceptible sur la ligne.

Autant être clair tout de suite : dans des conditions normales de pêche, ce n’est pas possible (surtout en mer).

A partir du moment où vous tendez votre ligne pour percevoir la touche de manière précise, le fil ne peut pas circuler librement. La ligne tendue est forcément en contact direct avec le plomb et le scion de la canne.
Pour que le fil puisse coulisser à travers le montage, il faut nécessairement pouvoir donner du fil :

  • Soit la bannière est un peu détendue et il y a du mou sur la ligne.
  • Soit le moulinet libère du fil lors de la touche (pickup ouvert ou frein desserré au maximum).

Pêcher à pickup ouvert n'est pas facile en mer à cause du courant. Bien que ce ne soit pas impossible, dans de nombreuses situations il faudra oublier cette option. Quant aux autres options, on ne peut pas dire que le fil puisse circuler librement sans friction :

  • Un poisson qui saisit l’appât lors de la touche ne tarde pas à retendre la bannière (cela concerne aussi l'utilisation d'un écureuil).
  • Des frictions perceptibles sur la ligne interviennent à plusieurs niveau : frein du moulinet, anneaux, courant qui fait pression sur la bannière, bannière qui repose sur le fond, angle de la ligne qui traverse le plomb,...

Si le raisonnement logique ne suffit pas à vous convaincre alors je vous invite à faire un essai par vous-même qui sera bien plus éloquent qu’un cours de physique long et compliqué.

Faites-en l'expérience par vous-même

Je vous encourage à réaliser les tests avec un plomb volontairement lourd (100g et plus) de sorte qu'il vous soit facile de percevoir tout élément qui contrarie la circulation du fil.

Réalisez un montage coulissant, puis déposez-le au sol et tendez la ligne. Allez ensuite tirer sur le bas de ligne dans toutes les directions possibles. Vous vous rendrez compte que le fil ne peut pas coulisser librement. Soit vous ressentez le scion de la canne, soit vous ressentez le poids du plomb.

Pour expérimenter correctement les cas de la pêche à fil détendu, à pickup ouvert ou à frein complètement desserré, il sera nécessaire de vous mettre à l'eau pour que vous puissiez vous rendre compte de l'impact du courant marin et du frottement de la ligne sur le fond. 50 centimètres d'eau en bord de plage suffisent généralement pour réaliser l'expérience.
Simulez l'action de pêche en lançant votre ligne en travers de la plage de sorte à limiter la profondeur d'eau, puis allez tirer sur le bas de ligne pour vous rendre compte si le fil vous parait parfaitement libre.

Si vous avez pu percevoir la tension du fil ou des frottements, alors soyez convaincu qu'un poisson 20 à 200 fois plus petit que vous les percevra plus distinctement encore. Par ailleurs, plus la longueur de la bannière augmente, plus le phénomène s’aggrave.

Même avec une bannière détendue, on ne peut pas dire que le poisson ne ressente rien en déclenchant la touche, mais de toute manière est-ce vraiment important  ? Comme nous l'évoquions plus haut en parlant du montage URFE espagnol (trainard fixe), le coulissement du fil n'est nécessaire pour que le montage soit efficace.

Conclusion

Contrairement à ce que la rumeur raconte, le montage coulissant n’a pas de vertu particulière lui permettant de berner plus facilement les poissons. Il n’est pas fondamentalement plus efficace qu’un montage à traînard sur potence mais présente un côté pratique qui lui vaut sa popularité.

C’est essentiellement pour sa grande simplicité de réalisation que le montage coulissant est devenu aussi populaire en Méditerranée. Il peut être confectionné sur place en un tournemain et est très économique. Quoi demander de plus ?

Commenter cet article
J
Intéressant car effectivement l'intéret proclamé du coulissant est de tromper la vigilance de la dorade/ poisson.

Dans mon cas, qui pèche avec de écureuils légers et qui les descend jusqu'en bas des piques pour laisser une bonne bannière de 1 à 2m, je suis Ok sur le fait que le poisson peut sentir une résistance en raison du fil qui traine dans l'eau (algues, frottement, pression de la houle) et aussi des anneaux de la canne dressée.

Je me disais juste 2 choses
- Est-ce que cette pratique/légende/réalité ne vient pas d'avant le surfcasting quand les pécheurs étaient sur des digues rochers et péchaient plus à la "verticale", à faible distance ? , et, dans ce cas je pense avec un moulinet ouvert/frein desserré, la résistance est effectivement très faible
- L'usage de rod pod de carpistes avec les cannes à l'horizontales me semble aussi plus convenir à limiter très fortement toute friction du fil (uniquement sur mer plate ou digue ;=))

En tout cas rien ne vaut le masque et le tuba pour voir et essayer comment cela se passe en vrai ;=)
Répondre
J
Hello JP,

Tu a soulevé deux points que j’avais développés initialement et que j’ai retirés pour raccourcir l’article car nous sommes à une époque où les gens ne prennent plus la peine de lire si la page leur semble trop longue.

La pêche à pickup ouvert avait à l’origine pour but de palier l’absence de frein rapide ou de système de débrayage. On coinçait le fil avec un élastique et le départ du poisson le libérait. Le pêcheur n’avait plus qu’à ferme le pickup pour ferrer et entamer le combat sur un frein bien réglé. Cette méthode était aussi bien utilisée en montage coulissant qu’en pater noster.
Cette pratique n’a plus d’intérêt avec les moulinets modernes et leurs freins rapides. Cependant, une confusion sur l’intérêt de la technique est apparue.

Le cas de la carpe est intéressant aussi car il y a là encore une confusion fréquente. Tout d’abord la plupart des montages ne coulissent pas. Soit il s’agit de montage hélicoptère soit d’une montage coulissant où le clip du plomb emprisonne l’émerillon (inséré en force) pour que le poids du plomb permette à l’hameçon d’assurer sa prise. C’est un principe important de la pêche à la carpe : les montages sont auto ferrantset c’est justement ce qui déclenche la panique du poisson et son départ fulgurant.

On utilise le débrayage non pas pour laisser de la liberté au poisson lorsqu’il saisit la bouillette mais pour éviter qu’elle n’emporte la canne lors du départ.
La plupart du temps les cannes sont placées à l’horizontale ou pointe basse, mais sur les grands lacs où les fleuves il arrive aussi qu’on les monte pointe en l’air (je suis d’ailleurs équipé d’un rod pod conçu pour cet usage).
A
C'est une grande efficacité.
Répondre