Surfcasting Méditerranée

L'auteur du blog

Mon parcours de pêcheur

Je pratique la pêche depuis l’enfance et suis passé par plusieurs techniques avant d’en arriver au surfcasting. Certaines de ces techniques m’ont permis de développer des connaissances qui me servent encore aujourd’hui.

Les débuts

La passion de la pêche est née d’elle-même, personne ne pêchait dans mon entourage direct. Pour satisfaire mon envie d'apprendre, j'ai rejoint une école de pêche à l'âge de 8 ans où j’ai découvert la pêche de la truite au toc en rivière et la pêche au coup en plan d’eau de seconde catégorie.

À 10 ans (1992) j'ai fait la rencontre d'une personne incroyable qui m'a pris sous son aile et m'a enseigné la pêche au coup de compétition à la roubaisienne. J'ai découvert une pêche fine et technique à l'action de pêche très rythmée où les prises sont nombreuses. Ma manière de pêcher a alors grandement changé.

Les concours

J'ai évolué en compétition de pêche au coup à la grande canne (11m) pendant quelques années et me suis légèrement diversifié avec la pêche à l'anglaise et la bolognaise.

Mes résultats en concours étaient très encourageants avec plusieurs qualifications pour de grandes compétitions auxquelles je n'ai malheureusement jamais pu participer (difficile de faire accepter à vos parents de rater une semaine d'école pour préparer une competition à l’autre bout du pays).

Le décès prématuré de mon mentor et ami en 1997 a bouleversé ma vie de jeune compétiteur. Privé d'un protecteur, je me suis retrouvé isolé dans un monde d’adultes où régnaient rivalité et médisance.

Il faut savoir qu’à l’époque les concours associatifs récompensaient les vainqueurs avec des enveloppes d'argent de montants importants. Certains participants étaient prêts à tout pour décourager un concurrent.

Écœuré par le mauvais esprit du milieu, j'ai finalement arrêté la compétition à l’âge de 17 ans. Je garde malgré tout de bons souvenirs de cette époque où j’ai énormément développé mes connaissances techniques et ai appris à apprécier les pêches fines.

Découverte des pêches à fond

En arrêtant la compétition, j'ai ressenti le besoin de tourner la page en pratiquant des techniques différentes, plus paisibles. Je me suis progressivement tourné vers des pêches à fond en commençant par le quiver (feeder).

Le quiver fut une passerelle évidente entre la pêche au coup et la pêche à fond des gros poissons. J'ai évolué ensuite vers la pêche moderne de la carpe dont la technicité m'attirait beaucoup. Cependant, je me suis vite lassé de toute la logistique nécessaire à cette pratique ainsi que du temps passé à attendre la touche.

La traque de poissons records ne m'a donc pas plus à l'époque et ne m'intéresse toujours pas aujourd'hui, je suis bien trop impatient pour cela. Je préfère le rythme d'une pêche où les touches et les captures sont régulières que l'attente d'un poisson trophée.

Débuts en mer

En 2006 j'ai découvert la pêche de la dorade royale depuis les digues en observant d'autres pêcheurs. La pêche en mer ne m’avait jamais attiré auparavant mais à présent mon regard était différent.

Tout d'abord l'idée d'une pêche plus authentique où l'on peut récolter ses appâts facilement (crabes et crevettes) à commencé à me plaire. Ensuite, la pêche de la dorade présente des marqueurs communs à la pêche au quiver, l’apprentissage m’a donc paru facile. Dès les premières essais, la pêche en bord de mer a totalement remplacé les autres techniques dans mon esprit.

Parallèlement à mes premières expériences en bord de mer, j'ai fait quelques sorties en pêche à soutenir (en bateau). Les sessions étaient incroyables avec beaucoup de poissons et régulièrement de grosses prises. Malgré tout, je préférais grandement le confort du bord de mer et me sentais de plus en plus attiré par le surfcasting.

Le surfcasting

En 2010 j'ai quitté les digues et me suis lancé dans le surfcasting (le vrai, en plage donc), d’abord en surf léger (ledgering) puis en surf lourd.

Le surfcasting a rapidement capté toute mon attention, en grande partie pour son caractère technique et sophistiqué ainsi que pour la possibilité de pêcher de nuit (ce qui convient mieux à mon emploi du temps).

Pour apprendre, j'ai rejoint une communauté qui rassemblait de nombreux pêcheurs expérimentés avec un esprit de partage inégalé à ce jour. J'y ai rencontré des gens formidables qui sont aujourd'hui encore mes compagnons de pêche. C'est à leur contact que j'ai appris une bonne partie des techniques que je partage sur ce blog. Nous avons évolué ensemble et nous continuons à nous inspirer les uns des autres.

Un plaisir au-delà de la capture du poisson

Avec le surfcasting j’ai trouvé du plaisir bien au-delà de la capture du poisson ou de l'action de pêche.

Je me suis mis d'abord à observer les poissons en plongée, chose que je ne pouvais pas faire en eau douce pour diverses raisons. Cela m’a permis de comprendre beaucoup de choses mal expliquées (voire erronées) sur leur comportement d’alimentation, sur la concurrence entre individus d’un même banc ou entre espèces, ou encore sur les zones de nourrissage les plus favorables par espèce. C'est d'ailleurs en observant les poissons que j'ai compris comment récolter certains appâts comme les couteaux.

La récolte des appâts en apnée est devenue une partie intégrante de mon plaisir de pêcher. C’est une activité à la fois ludique et instructive qui m’a procuré une bonne compréhension des plages de ma région. La présence d’appâts comme les couteaux ou les vers de sable est un bon indicateur de l’état de santé du coin de pêche et présage de la présence plus ou moins significative des poissons.

Plus récemment, j’ai développé un intérêt particulier pour le lancer à longue distance. Maîtriser une technique de lancer moderne est quelque chose de complexe qui demande un entraînement auquel j’ai pris goût et que je pratique comme un sport. Le lancer procure des sensations que j'apprécie beaucoup et qui enrichissent mon plaisir de pêcher.

Pourquoi ce blog ?

Je suis de ceux qui aiment apprendre et transmettre en retour. Ce blog a pour but de faire vivre ma passion en partageant ouvertement mes expériences (réussites, échecs et erreurs).

La pêche est une discipline où règne souvent le secret, les légendes, les rumeurs et les mensonges... Débuter dans de bonnes conditions peut s'avérer compliqué tant il peut être difficile de distinguer le vrai du faux. Pourtant je suis convaincu qu'il n'y a qu'en informant ouvertement les pêcheurs que l'on puisse espérer constater une évolution des pratiques vers une pêche plus respectueuse et plus noble.

Pallier au manque de contenu

Lorsque j’ai débuté le surfcasting, je ne connaissais aucun pratiquant pour m'enseigner les techniques et je me suis heurté à un manque d'information suffisamment détaillée à mon goût.

Peu de sources francophones traitaient en profondeur de surfcasting moderne en Méditerranée. J'avais donc essentiellement le choix entre du contenu se rapportant à la pêche en atlantique ou bien des informations basiques voire vieillottes qui ne me satisfaisaient pas du tout (ayant longtemps pratiqué des pêches fines et techniques je n'avais aucune envie de pêcher en 35/100 avec une olive percée).

J'ai trouvé beaucoup de réponses à mes questions sur un forum qui a disparu en emportant son savoir. Sans grande surprise, d'autres débutants se posent les mêmes questions et celles-ci refont régulièrement surface sur les réseaux sociaux. J’ai donc décidé d’écrire pour les autres le contenu qui m'avait manqué à mes débuts.

Remettre en question le statuquo

Depuis que je pêche en mer, l'industrie du matériel a grandement évolué mais beaucoup de pratiques et de croyances de pêche restent inchangées depuis plus de 50 ans. Elles se transmettent telles quelles, en décalage complet avec leur époque, comme si le monde entier avait évolué mais pas le milieu marin.

Ayant l'esprit scientifique et cartésien, il m'est impossible de croire aveuglément en quelque chose sous prétexte que "tout le monde le dit". Le fait qu’un grand nombre de personnes croient en la même chose ne suffit pas à prouver que celle-ci est vraie.

L’humanité a longtemps cru que la terre était plate et se situait au centre de l'univers. C'est un bel exemple d'erreur collective massive.

Beaucoup de croyances de pécheur sont aussi dépassées que la théorie de la terre plate. Elles ne reposent que sur des idées reçues plus faciles à admettre que de se poser les bonnes questions. Pourtant, il suffit le plus souvent d’un peu de logique et de quelques expériences simples pour rétablir la vérité et faire évoluer les pratiques.

Au travers de ce blog j'exprime ma volonté d'expérimenter les choses pour tenter de les comprendre. Certains de mes articles peuvent donc demander un petit effort de réflexion et c'est volontaire.

Partager cet article

Repost0